Aujourd'hui
Lundi - Sem. 47 1 8 Nov. Aude RGibbeuse décroissante
CHOIX DE LANGUES
ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchGermanMalagasyRussianSwahili

Construction d’El-Maarouf : Les travaux vont bon train

La société chinoise chargée pour la construction du nouveau centre hospitalier d’El-Maarouf ne ménage aucun effort depuis le mois d’août dernier afin de respecter le calendrier établi. Les travaux du sous-sol sont finis et la société envisage recruter des techniciens comoriens pour renforcer l’équipe et finir les travaux à temps réel.

L’évolution des travaux de construction du centre hospitalier universitaire de référence confirme la confiance des citoyens comoriens auprès de la société chinoise et/ou le gouvernement. La construction d’un hôpital de 6 pôles, 33 spécialités, 650 lits, et d’une assurance maladie généralisée s’inscrit dans le plan « Comores émergent » pour en faire une réalité. Les techniciens, les ouvriers ainsi que la société n’ont pas de temps à perdre. Ils ont tous du pain sur la planche. Le gouvernement ne manque pas de rendre visite le chantier et de s’informer de l’état d’avancement des travaux, et les problèmes que la société traverse depuis le démarrage des travaux. Selon les responsables de la société, les travaux avancent à pas de géant.

Les 6 pôles du futur centre hospitalier universitaire

Le pôle de médecine d’urgence et de réanimation est composé de quatre services : service des urgences, service des brûlés, service de réanimation, service d’anesthésie.  Le pôle tête et cou est composé de trois services : ophtalmologie, ORL, odonto-stomatologie. Le pôle des disciplines chirurgicales est composé de six services : chirurgie viscérale, chirurgie orthopédique et traumatologie, urologie, chirurgie infantile, neurochirurgie, bloc opératoire.  Le pôle de la médecine, services : médecine interne, cardiologie, pneumophtisiologie, néphrologie et dialyse, santé mentale, dermatologie, gastroentérologie, hématologie et oncologie médicale, médecine préventive et médecine du travail, neurologie et médecine physique. Le pôle des disciplines mère-enfant composé de quatre services : gynécologie, obstétrique, pédiatrie, néonatologie et réanimation néonatale. Le pôle des services d’explorations médicales et de pharmacie, six services : imagerie médicale, laboratoire, centre de transfusion sanguine, anatomie pathologique et médecine légale, pharmacie hospitalière, kinésithérapie et rééducation fonctionnelle.

Lire aussi   Le paludisme représente une grande menace

El Maarouf se veut être un hôpital moderne, capable de répondre à la demande nationale actuelle en matière de soins hospitaliers et de faire face aux évolutions et défis des années à venir, notamment la croissance démographique, l’augmentation du recours aux soins avec l’élévation du niveau de vie et de l’éducation, l’augmentation de la durée des séjours hospitaliers en lien avec la technicité des prises en charges, l’attractivité par rapport au secteur privé grâce à l’amélioration de la qualité hôtelière, la croissance du développement économique en lien avec l’arrivée de travailleurs étrangers ou touristes, le vieillissement de la population, l’augmentation des maladies chroniques, la résilience aux catastrophes. En matière de prestation et de qualité, le centre hospitalier universitaire sera hissé au même niveau que les grands hôpitaux du sud-ouest de l’Océan Indien.

Un hôpital de 7 étages

Le premier niveau est formé par les sous-sols des 4 blocs du bâtiment. Les sous-sols vont abriter les départements d’appui tels que la buanderie, l’ensemble de l’aire de restauration, les locaux de stockages de certains produits hospitaliers et les services techniques, dont le service de la maintenance hospitalière. Le deuxième niveau abritera, notamment, l’accueil, le service des Urgences avec des lits d’hospitalisation et ses deux blocs opératoires, le service d’Imagerie au complet (radiographie, échographie, scanner et IRM), le service de pharmacie et une capacité de 37 bureaux de consultation. L’acquisition de ce niveau permettra d’agir efficacement à un standing correct sur l’accueil et les soins d’urgence. Le troisième niveau va servir à abriter d’autres aires techniques telles la gynécologie obstétrique (service prénatal, salles de travail et salles d’accouchements …), les explorations fonctionnelles dont les unités d’endoscopie et des surfaces de consultations et d’hospitalisations supplémentaires.  Le quatrième niveau sera dédié aux interventions chirurgicales avec six blocs opératoires, trente-six lits de réanimation, seize lits post-opératoires et le laboratoire. Du cinquième au septième niveau seront abrités d’autres aires techniques et des lieux d’hospitalisation ainsi que les bureaux de l’administration de l’hôpital.

Lire aussi   Kamaria Mohamed: 18 ans au service de l’éducation

Pendant que la livraison et l’inauguration officielle est prévue en 2020, la société chinoise confiée aux travaux de ce centre hospitalier universitaire, ne ménage aucun effort depuis le mois d’août dernier afin de respecter le calendrier établi. Les travaux du sous-sol sont finis et la société envisage recruter des techniciens comoriens pour renforcer l’équipe et finir les travaux à temps réel.

KDBA

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

Abonnement
Abonnement gratuit S’abonner