Aujourd'hui
Lundi - Sem. 47 1 8 Nov. Aude RGibbeuse décroissante
CHOIX DE LANGUES
ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchGermanMalagasyRussianSwahili

Le président du CNT se désolidarise

Appréhendé depuis une semaine et demi par la gendarmerie nationale, Soilihi Mohamed se désolidarise au conseil national de transition.  Quelques minutes après sa libération, Campagnard a rencontré la presse afin de déclarer sa position tout en félicitant Azali Assoumani de sa réélection à la tête de l’Union des Comores

Une trahison ? Le poisson a mordu à la grande surprise. Soilihi Mohamed Campagnard a désormais quitté le navire de l’opposition depuis hier, en fin d’après-midi, à travers une déclaration, dans sa résidence à Moroni sud. Les forces de l’ordre ont envahis sa résidence. Quelles sont les émotions de ses partisans et des autres candidats malheureux aux dernières présidentielles ? Un coup de massue et pour les candidats et pour les militants du camp de l’opposition d’ici et d’ailleurs. Alors que le conseil national de transition s’est montré disposer à participer à tout dialogue inclusif sous conditions, dont la libération de Campagnard, désormais ex-président du CNT. Campagnard soutiendra-t-il le président réélu, Azali Assoumani ? Sera-t-il dans la neutralité ?

La désolation

Présente pendant la déclaration, sa famille manifeste la joie suite à la libération de Campagnard mais également d’avoir pris ses distances dans le camp de l’opposition. Puisque, selon sa famille, certains membres du conseil national de transition ont quitté le pays et les autres sont restés bouches « cousues. » Malgré ses efforts déployés à former un conseil national de transition, Campagnard est déçu du mutisme des autres candidats de l’opposition. « Je croyais que nous menons un combat dans un intérêt commun, mais certains ne veulent pas contribuer de tout moyen pour arriver à notre fin. Donc, je juge nécessaire de me désolidariser au conseil national de transition », a-t-il déclaré.

Lire aussi   Présidentielles: Me Mahamoud, le plan B de Juwa

Campagnard cautionne-t-il le dialogue prôné par la commission de l’Union Africaine pour la paix et la stabilité dans le pays ? Sa déclaration a sans doute surpris l’opposition, selon un de ses membres. Pendant que ses coéquipiers se battent pour des voies et moyens et se mobilisent pour s’attaquer massivement et pacifiquement le régime en place, l’ancien militaire vient de claquer la porte. Une faiblesse ?

Campagnard félicite Azali de sa réélection

Un climat politique et social d’instabilité s’intensifie depuis la publication des résultats provisoires des élections présidentielles et des gouverneurs anticipées le 24 mars dernier. La situation s’enfonce toujours vers une résistance sur le camp des douze candidats de l’opposition. Soilihi Mohamed alias Campagnard un des candidats aux élections présidentielles du 24 mars dernier avait affirmé à travers une déclaration livrée par lui-même qu’il est investi en tant que président du Conseil National de Transition.

Pour lui, le nouveau conseil mis en place dont il a été le chef de file, a pour vocation de régler la crise post-électorale, d’assurer également une transition pacifique afin de préserver la paix et la stabilité ainsi que la cohésion nationale. Il avait attiré l’attention du peuple comorien que depuis le 24 mars dernier, la démocratie, la dignité de la nation Comorienne a été piétinée par des individus sans conscience, sans cœur, sans foi ni loi. Bien qu’il ait taclé le président réélu en dénonçant un pouvoir dictatorial, Campagnard a félicité hier Azali Assoumani de sa réélection. « Peuple comorien, un clan tyrannique s’est emparé de notre jeune Nation et décide de nous pilier et de nous saigner sans aucun état d’âme, mais nous ne pouvons en aucun cas rester sans réagir. Il est temps de faire face à la terreur par la terreur », avait-il lancé.

Lire aussi   Assemblée nationale : Des parlementaires remettent en cause la session

Dans sa première déclaration qui date du 28 mars, il a appelé également la population Comorienne à garder toujours l’espoir de faire comprendre au monde, que l’heure est si grave et que, « seul le peuple qui détient le pouvoir, mais plus une classe politique tyrannique. »

Choqué par les multiples irrégularités et incidents qui ont surgi lors des dernières élections, le soi-disant président du Conseil National de Transition, avait insisté qu’il restera persévérant et résistible pour montrer à l’humanité toute entière, le refus du peuple comorien à subir à nouveau le chao.

Où est passé sa sonnette d’alarme ?  

« Le 24 mars dernier a été marqué par la tromperie, une mascarade et la honte à l’ensemble du territoire tels que le bourrage d’urnes, la non délivrance des accréditations pour les assesseurs des candidats de l’opposition, l’utilisation des procurations frauduleuses et illégales, le déplacement des urnes par les forces de l’ordre, et le saccage des urnes par le peuple, et la fermeture des bureaux avant la mise journée. Tous justifient les principes démocratiques bafoués par la dictature », avait-t-il souligné.

Déterminé pour renverser la situation, le colonel Campagnard avait exigé que « si le scrutin du 24 mars n’est pas invalidé avant le 03 avril prochain, nous demandons dès le 04 avril de vous désobéir civilement, de cesser toutes activités économique et professionnelle », avait-il prévu.

Une lettre adressée à l’AND ?  

A retenir qu’avant de se déclarer officiellement entant que président du conseil national de transition, Campagnard a adressé un courrier à la gendarmerie nationale. Une lettre datant du mardi 26 mars dernier. « L’armée nationale, vous le savez mieux que quiconque, que, à chaque fois que j’ai eu la conviction que la nation était en danger, je me suis toujours dévoué en qualité d’officier supérieur de l’armée, mais aussi que citoyen de notre nation, aujourd’hui encore une fois, je ne peux pas fuir mes responsabilités », lit-on dans son courrier. Selon lui, l’armée nationale de développement reste le témoin oculaire au même titre que la population de la mascarade électorale. « C’est ainsi que j’appelle à l’armée nationale de rester au côté de la légalité à défendre le droit du peuple », conclut-t-il.

Lire aussi   Le Président de la République convoque le corps électoral

Nassuf. M. Abdou (stagiaire)

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

Abonnement
Abonnement gratuit S’abonner