ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Fête du 06 juillet : La réaffirmation de la souveraineté comorienne

La question de l’ile de Mayotte au cœur du discours du président de la République lors du 46eme anniversaire de l’indépendance des Comores. Dans son discours, le président de la République a promis de mettre en avant  tous les moyens légaux et légitimes,  à travers le dialogue avec la France, pays ami,  afin de parvenir au respect du droit international.

Une indépendance sans l’ile sœur de Mayotte qui reste, jusqu’à nos jours, sous l’administration française. Malgré les voies et moyens mis en œuvre par les deux pays respectifs mais le président Azali Assoumani a promis de poursuivre le combat. « Nous allons, utiliser tous les moyens légaux et légitimes,  à travers le dialogue avec la France, pays ami,  afin de parvenir au respect du droit international,  conformément à toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies et des autres Organisations internationales et régionales, et ce  pour l’intérêt de nos deux pays », a déclaré le chef de l’Etat.

Ce dernier est convaincu que la solution appropriée à cette revendication légitime  nous permettra de mettre fin à la tragédie  qui fait du bras de mer entre Mayotte et ses îles sœurs,  le plus grand cimetière marin du monde  avec ses milliers de morts comoriens. « Cela impose des obligations de résultats pour les deux pays,  liés par un partenariat incontournable,  de par la présence de centaines de milliers de Comoriennes et de Comoriens, de Français et de Franco-comoriens,  sur les territoires français et comorien », a-t-il indiqué. Selon le président de la République, la fête nationale n’est rien d’autre qu’une occasion annuelle,  de réaffirmer notre droit et notre souveraineté sur l’ensemble de notre territoire national,  y compris l’Ile comorienne de Mayotte. « En ce jour d’affirmation de la souveraineté nationale,  nous devons alors,  en tant que peuple qui avons décidé de prendre notre destin en mains,  réaffirmer notre capacité à construire un pays prospère et nous rappeler,  que personne d’autre, aussi bienveillant qu’il soit,  n’agira et ne le fera mieux que nous,   ou à notre place », a-t-il rappelé.

 

Le chef de l’Etat a rassuré  ainsi qu’à travers l’implication de toutes les forces vives de la Nation  et la préservation des acquis de l’Indépendance, « nous pourrons renforcer la démocratie, la paix, la sécurité,  la quiétude et la stabilité  qui sont les meilleurs gages du développement socio-économique de notre pays  et de son émergence ». « 46 ans après la proclamation unilatérale de l’Indépendance du 06 juillet 1975,  nous devons ainsi consolider l’unité nationale,  préserver les acquis de la réconciliation nationale,  et prendre en compte les recommandations des Assises nationales,  pour mieux rentabiliser les potentialités que recèle notre pays,  mobiliser et gérer au mieux nos ressources propres,  et consolider les partenariats tissés avec les pays et les institutions internationales », a persisté le locataire de Beit Salam qui a évoqué les acquis indéniables de l’indépendance notamment les avancées sociaux économiques que nous devons consolider,  aussi bien dans le domaine de la Santé, de l’Education et des Infrastructures économiques  que dans le domaine politique, en interne et sur le plan régional et international,  avec l’instauration de la démocratie et du multipartisme,  la participation et la place de notre pays  dans les principales organisations régionales et internationales. « En ce jour de communion, pour toutes les Comoriennes et tous les Comoriens,  j’ose espérer que toutes les forces vives de la nation et les acteurs et actrices de la classe politique de notre pays,  aussi bien de la mouvance présidentielle que de l’opposition,   malgré la diversité des opinions, œuvreront pour qu’un climat d’apaisement s’instaure dans notre pays,  pour son développement économique », a-t-il mentionné.

 Le président de la république est conscient que « c’est dans le dialogue et la concertation  que nous réussirons à transcender nos différences  et à relever les défis auxquels notre pays fait face. »

Kamal Said Abdou

 

 

 

Laisser un commentaire