ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Après le lancement officiel de la campagne de vaccination samedi dernier, Nicolas M’madi, directeur général de l’hôpital El-Maarouf a reçu hier sa dose de vaccin Sinopharm. Selon lui, « c’est une phase très importante dans la mesure où le monde est en guerre et le seul moyen de se sauver pour un militaire en guerre est d’enfiler un gilet contre balle ».

« Nous sommes en guerre. La première ligne, le soldat doit se protéger en portant des gilets par balle », annonce déclare Nicolas M’madi, directeur général de l’hôpital El-Maarouf. Convaincu que le vaccin est le seul moyen de se protéger, le directeur général explique que cette démarche consiste à vacciner en premier lieu le personnel soignant qui, selon lui, est en contact permanent avec les malades. La Campagne de vaccination s’intègre dans une démarche de la création de médecine curative. 100.000 doses de Sinopharm et 1000 doses d’AstraZeneca en 6 mois pour pouvoir vacciner la population.

A l’occasion de cette journée de campagne, Dr Soilihi Abdoulmadjidi tient à rappeler que les médecins, les militaires, le corps enseignant et les personnes âgées de 60 ans  sont au premier plan en ce qui concerne la campagne de vaccination. Dr Soilihi Abdoulmadjidi montre l’importance de la vaccination. « Se faire vacciner, c’est encore protéger les autres », indique-t-il.

La campagne de vaccination ne va pas aboutir sans le soutien de chacun, selon Soilihi Abdoulmadjidi. « Nous savons très bien qu’avec l’appui de nous, nous allons atteindre notre objectif », insiste-t-il avant de lancer un message au personnel soignant. « C’est nous qui recevons les malades chaque jours. Alors nous devons nous mobiliser et comprendre qu’il faut nous protéger afin de pouvoir sauver les autres », explique Soilihi Abdoulmadjidi. Selon lui, le seul moyen de vaincre la pandémie est la vaccination et surtout la sensibilisation pour les autres afin qu’ils comprennent l’importance de la vaccination.

Kamal Saïd Abdou

 

Le lancement officiel de la vaccination anti-covid a eu lieu samedi dernier à El-Maarouf. Et c’est le chef de l’Etat qui a pris en premier la première dose. Le président appelle à la vaccination et au dépistage massif, car « c’est la seule façon de nous protéger et de protéger les autres. »

Les Comores se dotent du vaccin chinois Sinopharm et celui du Sud Afrique, AstraZeneca. Le samedi dernier, la campagne de vaccination est lancée dans le cadre de lutte contre la covid-19. « En procédant aujourd’hui, au lancement de la campagne de vaccination contre le COVID-19 dans notre pays, nous franchissons ainsi une nouvelle étape, dans notre stratégie de lutte contre la pandémie du COVID-19 », a indiqué le président de la République. Et lui d’ajouter, « Et pour donner l’exemple, j’ai pris la décision, d’être le premier à me faire vacciner. »

Le locataire de Beit Salam appelle la population à répondre à la vaccination et au dépistage massif, car c’est la seule façon de nous protéger et de protéger les autres. « Le scepticisme et la peur qui sont parfois compréhensibles, ne sont pas justifiés en ce moment où le monde agit de façon solidaire et unanime. En effet, les données et les études des spécialistes ainsi que les avis des autorités et des institutions internationales autorisées, notamment l’Oms, ont conclu que ces vaccins sont sûrs. Alors, vaccinons-nous et donnons ainsi une chance à notre pays de contenir cette deuxième vague du virus et d’éviter l’arrivée d’une troisième qui serait son seulement dramatique sur le plan humain, mais destructive pour notre tissu social et économique », a-t-il lancé. « Pour faire reculer cette pandémie, revenir progressivement à une vie normale, redynamiser l’économie nationale et garantir la poursuite de l’éducation de nos enfants, vaccinons-nous », a insisté le président Azali.

Les doses que possède le pays sont administrées, en premier lieu, au personnel médical, aux enseignants, aux forces militaires et paramilitaires, aux personnes âgées et à celles ayant une co-morbidité. « Nos démarches continuent auprès de nos partenaires afin d’acquérir d’autres doses de vaccins pour atteindre l’objectif de vaccination de  60% dans les meilleurs délais », annonce le chef de l’Etat.

KDBA

 

Un protocole d’accord est signé hier à Mdrodju entre le gouvernorat de Ngazidja, l’hôpital Pôle de Mitsamiouli et le conseil départemental de la Saine Saint-Denis de la Réunion portant sur la mise en place d’une station de purification des eaux à l’hôpital de Mitsamiouli. Ce projet permettra de recycler les eaux usées pour les rendre potables, selon Mhoudini Sitti Farouata, gouverneure de l’ile de Ngazidja.

Un ouf de soulagement à l’hôpital Pôle de Mitsamiouili. Le conseil départemental de la Saine Saint-Denis de la Réunion a signé un protocole d’accord pour accompagner l’hôpital dans le domaine de l’eau. Convaincue que l’eau est source de vie, Mhoudini Sitti Farouata a indiqué que « la construction d’une station de purification des eaux dans cet hôpital aidera l’accompagnement et  la prise en charge des soins de qualité pour les malades. C’est une aubaine pour la population et l’hôpital ». Selon la gouverneure, le projet soulagera ainsi le personnel soignant de l’hôpital. « Ce n’est pas les gens de Mitsamiouli qui vont bénéficier ce projet seulement mais aussi  toute la population de Ngazidja », a défendu la gouverneure.

Cette dernière a rassuré de solidifier les relations avec le conseil départemental de la Saine Saint-Denis. La signature du protocole est une réussite, selon Nicolas Bouroumeau qui a représenté le président du conseil départemental. Au de-là du projet, « il y aura aussi la remise en neuf du réseau d’eau usée, de sanitaire interne à l’hôpital et de tout le réseau eau potable interne », a précisé Nicolas Bouroumeau.

Selon lui, c’est la première station qui sera planté aux Comores. « D’ailleurs ce type des stations sont déjà plantées à Mayotte et à la Réunion. Cette station est adaptée au contexte des Comores. Les partenaires du projet souhaitent  à ce que cela soit un projet pilote qui permet de démontrer la faisabilité de ce type d’ouvrage aux Comores pour que demain avec d’autres partenaires, ce type de station puisse être dans les autres iles », a souhaité Nicolas Bouroumeau.

Kamal Saïd Abdou

L’organisation mondiale de la santé appuie le gouvernement comorien dans la lutte contre la pandémie covid-19. Des équipements médicaux à hauteur de 227.917.433 kmf sont remis hier à la ministre de la santé par l’OMS.

L’OMS témoigne encore une fois son appui au gouvernement comorien dans la lutte contre la covid-19. « C’est aussi le témoignage que l’OMS reste attentive aux besoins des États membres et accorde beaucoup d’intérêt au renforcement du système de santé en général et à la mise en œuvre du plan national de riposte à la covid-19 », selon le communiqué publié par l’OMS. Selon Dr Diarra Abdoulaye, représentant par intérim de l’OMS aux Comores, le staff de l’OMS se mobilise à tous les niveaux de l’OMS, et travaille étroitement avec les autorités sanitaires nationales depuis le début de la pandémie. « Ces équipements et matériels vont servir dans les laboratoires nationaux, pour des tests fiables et sécurisés mais aussi pour la protection du personnel de santé contre les risques d’infection », mentionne le représentant de l’OMS.

« Ce sont des appareils qui vont servir dans la prise en charge des patients covid-19 ainsi que les équipements de protection individuelle pour les patients et le personnel de santé », poursuit-il. Le communiqué précise que le système des Nations Unies aux Comores s’est engagé à accompagner les initiatives et mesures du gouvernement afin de lutter contre la covid-19. « C’est dans ce sens que l’OMS continuera dans la mesure de ses moyens techniques et financiers à appuyer le pays à mettre en œuvre les directives inscrites dans le plan national de préparation et de riposte à la covid-19 aux Comores », conclu Dr Diarra.

Kamal Said Abdou

Le porte-parole à la présidence, Mohamed Ismaila a convié la presse nationale pour relayer plusieurs sujets d’actualités. La gestion du Coronavirus et le plan Comores émergent étaient les principales thématiques abordées. L’Etat vise une justice juste et équitable pour le PCE 2030. Concernant le vaccin anti-covid, le conférencier annonce que le chef de l’Etat sera le premier à être vacciné.

La gestion du Coronavirus et les stratégies de mise en œuvre du plan Comores émergent après la Covid-19 ont été les principaux sujets abordés lors de la conférence de presse tenue hier à Beit-Salam. « Nous traversons une crise sanitaire du Coronavirus qui impacte les activités socio-politiques, sanitaires, éducatives, entre autres. Les Comores ont subi ces deux derniers mois, une recrudescence des cas positifs et des décès. Toutefois, la situation actuelle nous donne de l’espoir. Bientôt, la politique de vaccination sera commencée. Le président de la République sera le premier à être vacciné, suivis des plus âgés, les médecins, et autres. Toutefois, avec une population de 800 mille habitants, tout le monde sera vacciné. Alors, l’OMS va intervenir pour analyser les avantages et les inconvénients de ces vaccins (Astra Zeneca et Sinopharm). La santé est une priorité absolue », a annoncé le porte-parole à la présidence. Et lui d’ajouter : « concernant la réouverture des mosquées, nous savons tous qu’il s’agit d’une maladie contagieuse. Dans la mosquée, nous prions dans un même endroit pour toutes les prières quotidiennes. Cela peut causer des problèmes sanitaires. Au moins, le président envisage de trouver une solution efficace durant le mois de Ramadan ».

Concernant le plan Comores émergentes à l’horizon 2030, le porte-parole à la présidence a insisté sur l’importance d’une justice juste et équitable, la création des emplois, les audits internes, les activités socio-économiques, entre autres. « Il est temps de réfléchir à l’après Covid-19 afin d’accéder au développement du pays. Après la Cpad, les partenaires ont annoncé leurs disponibilités de soutenir le PCE à l’horizon 2030. En effet, il est question d’avoir une justice juste et équitable. Tout responsable d’une fonction quelconque doit présenter un compte-rendu », a-t-il dit.

Abdoulandhum Ahamada

Encore un lot des matériels en provenance de la Chine au profit des Comores sont arrivés depuis hier à bord d’un vol commercial. Une des promesses faites par He Yanjun, ambassadeur de la République populaire de Chine lors de l’arrivée du vaccin chinois aux Comores. Un lot estimé à  une valeur de 410.000 dollars soit 164.000.000 kmf.

La Chine accompagne les Comores dans la lutte contre la covid-19. Après la réception du vaccin Chinois, un autre lot composé de 250.000 masques chirurgien, 25 000 masques de protection médicale, 5000 combinaisons, 50.000 tests rapides, 500 thermomètres, 5 machines respiratoires non invasives et infrarouges et plein d’autres kits sont arrivés hier aux Comores. Une des promesses faites par l’ambassadeur de Chine aux Comores lors de la réception du vaccin Chinois. Au cours de son discours, He Yanjun, ambassadeur de Chine auprès de l’Union des Comores avait rassuré qu’« un autre lot de fourniture arrivera par vol commercial dans les jours à venir ». L’arrivée du deuxième lot permettra de renforcer de manière efficace le pays dans la lutte contre la propagation de la maladie aux Comores.

La Chine, un partenaire pour le développement des Comores. Elle accorde une importance aux relations sino-comoriennes. « Comme nous le savons, depuis l’épidémie, la Chine attache une grande importance à la coopération bilatérale en matière de la lutte contre la covid-19 dont  le gouvernement Chinois et le secteur privé ont fourni aux Comores une assistance matérielle antiépidémique à plusieurs reprises. Le premier lot de matériel d’aide reçu par les Comores est venu de la Chine », avait-il souligné le diplomate Chinois.

Kamal Saïd Abdou

L’ambassade de la République populaire de Chine en Union des Comores à travers la première dame Chinoise, a remis des kits de lutte contre la covid-19 à la gouverneure de Ngazidja vendredi dernier. Lors de la cérémonie, Mhoudini Sitti Farouata a salué l’engagement de la Chine depuis l’apparition de la pandémie aux Comores.

Après la remise des machines à coudre aux associations féminines de Ngazidja pour la confection des masques l’année dernière, la Chine à travers la première dame Chinoise, a remis des kits de lutte contre la covid-19 au gouvernorat de Ngazidja.

Il s’agit de 100 thermo flash, gels hydro alcooliques et masques destinées aux associations féminines de Ngazidja et aux écoles primaires. Mhoudini Sitti Farouata s’est jubilée de l’appui de la Chine dans le cadre de la lutte contre la pandémie. « La Chine s’est engagée à appuyer notre pays dans la lutte contre la pandémie de la covid-19. Aujourd’hui, elle vient de manifester encore une fois sa solidarité au peuple comorien par la remise des kits destinés aux associations féminines et écoles de Ngazidja. Nous saluons l’engagement du gouvernement Chinois et surtout les efforts de la première dame de la Chine pour ce don qui va permettre de lutter contre cette maladie dans notre pays », a souligné la gouverneure de l’ile de Ngazidja.

Pour He Yanjun, ambassadeur de la République populaire de Chine en Union des Comores, a d’abord précisé, que la Chine accorde une grande importance à la coopération internationale en matière de prévention, du contrôle et de la lutte contre la covid-19. « Le premier lot de matériel d’aide et le premier lot de vaccin reçu par les Comores proviennent tous de la Chine. En plus de l’aide fourni par le gouvernement Chinois à des nombreuses reprises, la région de Guangxi en Chine a également fourni des ressources humaines précieuses et d’assistance matérielle importante aux Comores », a rappelé le diplomate Chinois. Ce dernier a tenu à préciser ainsi que « la Chine et les Comores partagent aujourd’hui le même destin qui est la lutte contre la pandémie et le développement socio-économique ».

Kamal Saïd Abdou

Vendredi 26 mars dernier, la ministre de la santé et le ministre des affaires étrangères ont réceptionné 6000 doses du vaccin AstraZeneca dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Un don de l’Afrique du Sud par truchement de l’Union africaine.

Alors que le gouvernement a reçu en ce mois, le vaccin Sinopharm, don de la Chine, l’Afrique du Sud a aussi soutenu l’Union des Comores d’un don du vaccin AstraZeneca. C’est dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Une coopération multilatérale entre l’Union des Comores, l’Union africaine et l’Afrique du Sud. « Vendredi 26 mars, la ministre de la santé et le ministre des affaires étrangères en partenariat avec l’Union africaine ont réceptionné auprès de l’Afrique du Sud 6000 doses du vaccin AstraZeneca. Ce don a eu lieu à l’aéroport international Moroni-Hahaya dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus », lit-on sur la page Facebook du ministère de la santé de l’Union des Comores.

Selon le ministère de la santé, une démarche de dépistage et vaccination est en cours durant ce mois de mars et le mois d’avril prochain. À titre de rappel, une campagne de dépistage contre le Coronavirus va commencer ce mois de mars et la campagne de vaccination au mois d’avril prochain.

Il nous reste à savoir est-ce que la population comorienne va accepter de se vacciner en masse (à 60% comme l’a souhaité le ministre des finances, Said Ali Said Chayhane lors d’une session parlementaire extraordinaire de ce mois)? Ce vaccin est remis en cause par plusieurs pays du monde et il est jugé « non efficace ».

Abdoulandhum Ahamada

Hier mercredi, le chef de l’Etat comorien et des autorités gouvernementales ont réceptionné et accueillis, dans la journée, le vaccin chinois Sinopharm, des équipements médicaux et une équipe médicale. Environ 100.000 doses du vaccin sont sur le territoire national depuis hier et seront destinées à la population comorienne.

Depuis la première vague du coronavirus, la République populaire de Chine accompagne les Comores contre cette pandémie. Des équipements médicaux ont été remis au gouvernement comorien par la Chine. Hier, alors que le pays est frappé par la deuxième souche du covid-19, la Chine a affrété un charter pour transporter le vaccin Sinopharm, des équipements médicaux et une équipe médicale chinoise pour les Comores, un pays ami. 100.000 doses du vaccin Sinopharm sont réceptionnées.

« C’est dans les moment difficiles qu’on reconnait les meilleurs amis »

De cette occasion, le chef de l’Etat comorien, Azali Assoumani a salué la République populaire de Chine de son soutien contre la covid-19. « C’est dans les moment difficiles qu’on reconnait les meilleurs amis », a souligné le chef de l’État. D’autres matériels médicaux sont attendus dans les prochains jours. Des matériels médicaux font partie du don de la Chine ainsi que l’arrivée d’une équipe d’experts médicaux chinois qui, selon le président de la République, permettra de galvaniser l’action des équipes médicales et le personnel médical du pays. « Alors que la République populaire de Chine vient ainsi de nous témoigner, une fois encore, de sa solidarité agissante, je voulais dire au gouvernement et au peuple frère de la Chine, que l’Union des Comores, gouvernement et peuple  gardera en mémoire ces actes de fraternité », a insisté le président de la République.

La Chine, un partenaire stratégique

Le locataire de Beit Salam a rappelé que la Chine, un partenaire stratégique, a toujours œuvré de concert avec le président Xi Jinping et son gouvernement pour réaffirmer la qualité de coopération bilatérale entre les Comores et la Chine et amplifier la concertation et l’action commune au sein des instances internationales pour la paix, la sécurité, le multilatéralisme et le développement dans le monde, en Afrique, en Chine et en Union des Comores.

De son côté, l’ambassadeur de la République populaire de Chine, He Yanjun, a rappelé que le don s’inscrit dans le cadre de la coopération sino-comorienne en précisant que « l’arrivée de l’équipe d’experts médicaux chinois renforcera la capacité des soins médicaux et la prévention contre la pandémie. Et d’ajouter que « l’équipe d’experts médicaux chinois va participer au diagnostic clinique et au traitement, échanger aux expériences et donner des formations au personnel médical local. »

D’autres équipements médicaux attenus prochainement

Au total 410 cartons de fournitures médicales composées notamment des masques, tests réactifs et des combinaisons sont réceptionnés. « Un autre lot de matériels médicaux arrivera à bord d’un vol commercial prochainement », a annoncé le diplomate Chinois avec siège à Moroni. Selon lui, la Chine accorde une grande importance dans les relations bilatérales dans la lutte contre la covid-19. Les doses du vaccin Sinopharm contribueront pour vaincre la covid-19 et rétablir une vie normale et le développement économique.

Kamal Said Abdou

Alors que devant la presse lors du compte rendu du conseil des ministres fin février, le porte-parole a annoncé l’arrivée du vaccin contre la covid-19 au début de ce mois de mars. Hélas ! Tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Les premières doses du vaccin anti-covid sont attendues ce mercredi.

La longue attente. Pendant que les cas du coronavirus et les morts sont en baisse en Union des Comores, le gouvernement et les autorités à la crise ne chôment pas pour se doter du vaccin contre cette pandémie. 50.000 doses du vaccin vont être réceptionnées ce mercredi ainsi que des médicaments. Une équipe médicale chinoise également. C’est le vaccin chinois Sinopharm. Les doses du vaccin Sinopharm contribueront pour vaincre la covid-19 et rétablir une vie normale et le développement économique.

Dans les colonnes d’Alwatwan de ce mardi, la ministre de la santé indique que les 50.000 doses du vaccin Sinopharm sont insuffisantes à vacciner la population comorienne. Ces doses seront destinées à 45.455 personnes en attendant le vaccin Astrazeneca. Il restera 55.267 personnes à vacciner. Ce qui représente 70% de la population, dit-elle.

Quant à la campagne de vaccination, la ministre de la santé annonce qu’elle va démarrer le mois d’avril prochain par une campagne de sensibilisation, des formations, entre autres. Et les centres de vaccination restent inconnus alors que le vaccin sera conservé à Ocopharma.

A noter que la Chine est un partenaire au développement et elle se fait une place sur l’échiquier mondial au niveau du vaccin anti-covid. La Chine est pionnière dans la vaccination et en 2020, elle a été le premier au monde à vacciner sa population.

KDBA