ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Secteur bancaire : Les réserves obligatoires en hausse

En hausse depuis mai 2020, les dépôts de réserves des institutions financières auprès de la Bcc ont augmenté de 9,6% au cours du deuxième trimestre 2021, passant de 42,1 milliards à fin mars 2021 à 46,18 milliards à fin juin 2021.

La Banque centrale des Comores a enregistré une hausse des réserves obligatoires des banques. « Les réserves obligatoires n’en représentent que 31,4% et s’élèvent à 14,5 milliards. Elles ont augmenté légèrement de 2,5% par rapport à mars 2021 (14,1 milliards). A 31,7 milliards, les réserves excédentaires prédominent avec 68,6% de part dans la structure des réserves totales. Elles ont aussi connu une forte progression (+13,3%) par rapport aux réserves obligatoires au cours du trimestre sous revu, en référence à son niveau de 28 milliards affiché à fin mars 2021 », déclare la banque centrale des Comores.

Les réserves obligatoires sont les avoirs financiers que les banques et les institutions financières sont tenues de conserver sur leurs comptes courant à la banque centrale. Un filet de sécurité. Ça permet aux banques commerciales d’épargner une partie de leurs revenus. Le relèvement de ces réserves n’est qu’un instrument  de la politique  monétaire utilisé de manière continue par la Banque centrale.

S’agissant de l’inflation, les prix à la consommation se sont relevés de 1% au deuxième trimestre 2021, imputable à la hausse des prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (+2,6%) et des services de santé (+1,3%). « La hausse des prix des produits alimentaires s’explique principalement par le renchérissement des poissons et fruits de mer, des viandes et des huiles et graisses par rapport au premier trimestre 2021 », précise la Bcc.

KDBA

Laisser un commentaire