ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Crise énergétique : Le gouvernement au bout de ses peines ?

Le pays (les Comores) est secoué par des problèmes énergétiques depuis des décennies. Le gouvernement et les autorités de tutelle peinent à les résoudre. Bien que le gouvernement s’attelle au problème et investit dans l’énergie, le pays est loin d’en finir avec les délestages et coupures. Toutefois, la semaine dernière, le fonds d’Abu Dhabi a remis deux centrales thermiques (Trénani et Itsambuni) au gouvernement comorien lesquels alimenteront l’île d’Anjoun.

Un bol d’air ? Le gouvernement comorien tend à alimenter le pays par de nouvelles unités de productions et la diversification vers les énergies renouvelables. Après les centrales solaires de Pomoni (Anjouan) et Fumbuni (Grande-Comore), deux centrales thermiques sont lancées la semaine dernière à Anjouan en présence du président de la République, du ministre de l’énergie, du directeur de la Sonelec. Un projet financé par le fonds Abu Dhabi. 13 groupes élecrogènes sont remis pour les centrales thermiques de Trénani (Anjouan) et Itsambuni (Grande-Comore). « La remise officielle de ces deux centrales thermiques, réalisées grâce au concours financier du fonds d’Abu Dhabi, constitue en effet, une étape supplémentaire de l’amitié solide et de la coopération intense, exemplaire et fructueuse que les deux pays ont su développer au fils des années, notamment dans le cadre du mémorandum d’entente entre les gouvernements des deux pays », a exprimé le président Azali Assoumani.

Une preuve concrète supplémentaire

Les deux centrales thermiques viennent s’ajouter à la centrale photovoltaïque de Pomoni, aux centrales hydroélectriques de Bambao et de Lingoni et à la centrale installée à Fumbuni et qui est déjà opérationnelle. Le mix-énergétique, thermique, solaire et hydraulique se concrétise progressivement. « Nous poursuivons la mise en œuvre de la politique d’innovations technologiques, dans le cadre du plan Comores émergentes et conformément à l’accord mondial sur le climat et le réchauffement climatique, l’accord de Paris. Ainsi, le gouvernement, le ministre de l’économie, en particulier et moi-même, nous nous employons, avec nos partenaires au développement, bi et multilatéraux, en l’occurrence les Emirats, à résoudre le problème énergétique chronique de notre pays avec la mise en service de nouvelles unités de productions et la diversification vers les énergies renouvelables », a déclaré le chef de l’Etat. « Aujourd’hui, nous apportons à nous-mêmes, une preuve concrète supplémentaire, de notre capacité de donner à la Sonelec, notre opérateur public, les moyens qui lui permettront d’atteindre l’objectif que nous lui avons fixé qui est de fournir de l’électricité à la population comorienne, 24/24 », a-t-il précisé.

Les centrales photovoltaïques et thermiques, des solutions plus attrayantes ?

Lorsqu’on considère le réseau électrique dans son intégralité, on voit que les centrales photovoltaïques et thermiques peuvent non seulement libérer le potentiel des actifs d’énergie, mais qu’elles offrent également les coûts de production les plus bas. L’intégration de l’ensemble de nouvelles unités de productions et la diversification vers les énergies renouvelables permettra à terme un accès à l’électricité au plus grand nombre, tout en réduisant les coûts de production de kwh. « Nous souhaitons miser sur le mix-énergétique. Nous devons facturer la population en tenant compte du coût de la production », avait déclaré le ministre de l’énergie Houmedi Msaidié lors d’une rencontre avec une délégation égyptienne du groupe Elsewedy Electric le mois de mai 2021.

Force est de constater que des partenaires au développement et les Comores se sont entendus pour développer des solutions innovantes en matière d’énergies renouvelables afin d’améliorer l’accès à l’énergie électrique sur l’ensemble du territoire nationale et en finir avec les problèmes énergétiques. Les centrales photovoltaïques et thermiques sont-elles des options plus attrayantes lorsqu’on envisage une énergie fiable, propre et rentable ?  Sachant que le projet du parc du Dahu à Fumbuni produit 3 MW d’énergie solaire. Quant à la centrale photovoltaïque de Pomoni, elle a une capacité de 4 MW avec 40% de besoins en électricité à Ndzuani. Un projet de centrale photovoltaïque dans la région d’Oichili de 6 MW débutera prochainement, selon l’ambassadeur des Emirats Arabes Unis en Union des Comores. Bien que le gouvernement s’attelle au problème et investit dans l’énergie, le pays est loin d’en finir avec les délestages et coupures. Les habitants vivent les coupures et délestages électriques.

Kamal dine B. A

 

Laisser un commentaire