ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Economie : Une chute des importations

Les importations des commerçants comoriens sont effondrées, il y a à peine deux mois. En conséquence, le pays est frappé de plein fouet par une pénurie sans précédent. Manque de la farine et d’autres produits alimentaires. Selon un économiste de la place, les importations ont chuté de 46%.

Les difficultés d’approvisionnement fragilisent les activités économiques des Comores. Les importations reculent. Les produits alimentaires et carnés voient leur prix gonfler en raison de manque d’importations liée à la hausse des taxes douanières. « Nous sommes dans le rouge et nous ne savons pas exactement, quand cette situation sera débloquée. Le gouvernement ne bouge plus pour faciliter les opérateurs économiques alors que nos activités sont au ralenti. La nouvelle loi des finances a tout chamboulé. Ce qui fait que les importations des produits alimentaires surtout sont en baisse », a expliqué un commerçant. « Les stocks sont insuffisants et la situation se détériore. Tous les commerçants sont impactés. S’il y a une pénurie de certains produits ou majoration des prix c’est à cause du gouvernement. La situation est trop complexe avec des ramifications politiques », a avancé notre interlocuteur.

 Selon un économiste de la place, les importations ont chuté de 46%. « Il y a la chute des importations car les grandes sociétés comoriennes n’arrivent pas à payer leurs fournisseurs fautes de moyens », a-t-on confié. Et d’ajouter « l’inflation pourrait augmenter de 4%. Le recul des importations reflète la montée de la famine. Ce recul est sensible dans les produits alimentaires que les matériaux de construction malgré la conjoncture de leurs prix. »

Alors que la Banque centrale des Comores projette une progression des importations à 8,6% en liaison avec la reprise de l’activité économique, le doute plane. Puisque les importations sont en chute. Mais les autorités sont en croisade pour un équilibre. En 2020, les importations de biens et services ont baissé de 7,6% contre une hausse de 1,6% en 2019.

Kamal dine B. A

Laisser un commentaire