ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Société : Conclave sur la prévention des violences basées sur le genre

En vue de prévenir et de répondre à ce fléau de violences basées sur le genre, le comité de pilotage sur le projet de « prévention de toutes les formes de violences basées sur le genre et ses conséquences », s’est réuni hier pour la troisième fois. L’objectif de cette réunion est la mise en exergue des perspectives à venir tout en tenant compte des points forts et difficultés rencontrées par les partenaires.  

La crise sécuritaire, avec la montée des violences basées sur le genre, ces dernières années, a engendré des bouleversements dans les communautés. Les violences basées sur le genre constituent un des fléaux qui minent la société comorienne. D’ailleurs, les chiffres en parlent. Des cas d’agression sur le genre sont enregistrés en Union des Comores. De ce fait, un projet de « prévention de toutes les formes de violences basées sur le genre et ses conséquences en Union des Comores » est lancé le 22 décembre 2020 et les travaux suivent son cours. Ce projet est financé de près de 443 millions de francs comoriens par le ministère français de l’Europe et des affaires étrangères sur le fonds de solidarité pour les projets innovants, les sociétés civiles, la francophonie et le développement humain.

« Il s’aligne aux priorités nationales du pays, notamment le plan Comores émergentes à l’horizon 2030, et tient compte également de la politique nationale de l’égalité et de l’équité du genre, et de la politique nationale de la protection de l’enfant », a indiqué la commissaire au genre, Mariama Ahamada Moussa. Selon elle, les Comores à l’instar des autres pays du monde entier ne sont pas épargnés par les différents types de violence qui malheureusement constituent une menace à la paix durable et à la dignité humaine. « Le combat que nous menons ensemble a pu donner des résultats positifs plus particulièrement la dénonciation de certaines pratiques par les structures étatiques et non étatiques », a-t-elle dit. A noter que ce sont l’Unicef et la croix rouge française, les porteurs de ce projet contre les violences basées sur le genre.

KDBA

Laisser un commentaire