ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Vaccination Covid-19 : À Anjouan, la 3ème cohorte est lancée à Domoni

Lundi dernier, à Domoni Anjouan, a eu lieu la campagne de lancement de la 3ème cohorte de vaccination du vaccin Synopharm. La cérémonie a été honorée par la présence du président de l’Assemblée nationale et du secrétaire général du gouvernorat de Ndzuani.

« C’est un grand jour que nous avons tous attendu. La ville de Domoni souffre beaucoup de cette pandémie. Nous devons savoir qu’aujourd’hui, la première cohorte de vaccination est venue, nous devons nous sensibiliser, nous éduquer sur la vaccination et nous espérons arriver à la vaccination des 60 % de la population attendue par les autorités », a déclaré le préfet de Domoni lors du discours d’accueil de la cérémonie de lancement de la troisième cohorte.

« Nous, médecins, vivons la pandémie de Covid-19. Vous voyez nos difficultés rencontrées quand nous n’avions pas respecté les mesures barrières. Les médecins du monde ne sont pas convaincus que le vaccin est la seule chose qui peut lutter contre le virus et sans pour autant lâcher le respect des mesures barrières », a expliqué le directeur du pôle santé de Domoni avant d’ajouter que « nous aurons un temps de repics si nous vaccinons la grande majorité de la population. Le reste serait des enfants. Les personnes vulnérables, ce sont les adultes avec les comorbidités. Avec la vaccination, ils développent des cas mineurs de la maladie. Nous avons fait presque 1/3 de la vaccination. Plus de 20 %. Donc l’importance de faire une vaccination massive pour atteindre les chiffres voulus. » Il a tenu à rappeler les difficultés des hommes et des femmes à l’hôpital de Domoni.

Pour Afraitane Abdoulhamid, secrétaire général du gouvernorat de Ndzuani, il a tenu à rappeler les pourcentages de la vaccination. « Ngazidja est à 22 %, Mohéli de même et à Ndzuani 19 %, et 20 % au niveau national. La vaccination est le remède pour lutter contre la Covid-19. Nous devons nous unir et faire les efforts nécessaires parce que nous arrivons à lutter contre la pandémie à Anjouan », dit-il. Le secrétaire général du gouvernorat de Ndzuani a félicité le gouvernement pour ses efforts qui ont permis d’être parmi les pays les plus vaccinés. Il a félicité et encouragé également les médecins qui sont en première ligne  pour la lutte contre cette pandémie.

« Nous sommes venus faire savoir aux comoriens le lancement de la campagne, dire à ceux qui ne sont pas encore vaccinés qu’il est temps de faire le vaccin et c’est ce qui lui permettra de se protéger et protéger les proches. Quand nous sommes atteints de cette maladie, nous n’avons pas de droit de visite à la famille, et même à notre décès, les choses ne sont pas faites correctement. C’est une maladie impitoyable, il faut faire attention. Le virus se transforme en plusieurs variantes et donc plus dangereux », souligne le président de l’Assemblée nationale, Moustadrane Abdou et insiste sur l’efficacité de la vaccination pour se protéger. « Si nous sommes vaccinés contre la Covid-19, nous aurons des cas moins graves de la maladie. La personne qui fait le vaccin, s’il attrapait la pandémie, la personne n’aura pas les mêmes effets que les personnes non vaccinées. La personne ne sera pas grièvement hospitalisée, et ne risquera pas la vie dans les hôpitaux », déclare-t-il. Selon lui, c’est avec l’argent du gouvernement que le président a acheté ces vaccins qui sont donc gratuits pour la population. « Je n’accepte pas du tout le fait de nous stopper à 60 %, car tout le monde doit être protégé. Nous pouvons aller jusqu’à vacciner 100% de la population. À 60 %, les 40 % restantes en cas de variant, les effets seront catastrophiques », préconise-t-il. 

À noter que la vaccination a démarré sur les sites dédiés à cet effet à Anjouan. La même cible de plus de 40 ans, de sportifs, et de jeunes est attendue dans les sites de vaccination dans chaque district sanitaire.

Ahmed Zaidou

Laisser un commentaire