ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Accident en milieu professionnel : 100% de prise en charge

Dans cette interview, Ahamadi Sidi, directeur général de la caisse nationale de solidarité et de prévoyance sociale révèle les grands défis relevés pendant ses 4 ans. Promouvoir les prestations pour mieux garantir à 100% la prise en charges de toute personne accidentée  dans le milieu professionnel, assurer les maladies d’origine professionnelle, maternité et viduité, pour toute personne affiliée à la Cnsps demeure ses nouvelles priorités.

Vous avez été nommé à la tête de cette institution il y a juste 4 ans, quels défis avez-vous rencontré et relever ?

J’ose dire que les défis rencontrés dès mon arrivée à la tête de cette institution ont été multiples, mais avec le courage et l’abnégation dont le personnel et moi avons fait preuve, nous avons pu les relever. Parmi eux figurent l’aménagement de ces  bâtiments admiratifs. Ils  étaient en état  très insalubre avec une capacité d’accueil plutôt  insuffisante dans l’ensemble des trois îles, mais dans un laps de temps, nous avons  ramené le bateau au bon- port, et voilà nous y sommes là. On peut se réjouir aujourd’hui dans la mesure où,  dans l’ensemble des trois iles,  les caisses nationales de solidarité et de prévoyance ont pu retrouver leurs figures emblématiques pour des bâtiments neufs après des longues années passées sous des locations. Et quand on parle des objectifs atteints, aujourd’hui nous avons un fort carnet d’adresse pour des  relations tissées avec la conférence interafricaine de la prévention de 17 Etats membres (Cipres), laquelle nous bénéficions des formations et des conférences  en vue de  renforcer la capacité de nos services et du personnel. Nous ne devons  qu’être  fiers depuis  l’adoption de  la loi de ratification de deux conventions de la Cipres par nos élus. Il s’agit d’une loi autorisant le président à ratifier la convention multilatérale de la sécurité sociale. Elle permettra le travailleur migrant qu’il soit traité de la même façon avec celui qui travaille dans son pays. Là, on peut parler d’un acquis majeur pour nos missions.

Quelles sont donc vos perspectives?

Nous sommes déjà lancés dans une course de vouloir restaurer le régime sur les prestations à la caisse. Etant donné que, la loi en vigueur portant sur le code de travail au sein de notre institution, seules les femmes qui sont prises en charges en cas de décès de leurs maris ou d’un congé natale. Aujourd’hui, notre  couverture sociale s’engage à bras le cœur pour accompagner la personne de tout genre, victime d’accident dans les milieux professionnels, ou dans le chemin en retour de son domicile pour une prise en charge. Notre  philosophie actuelle est également de faire en quelque sorte que, la personne victime d’accident soit traitée jusqu’à sa guérison. La prise en charge est garantie à 100%. La maladie professionnelle si elle  est constatée médicalement qu’elle est d’origine professionnelle, alors  la victime a la totale liberté de venir déclarer ses prestations pour une prise en charge de 100%, et ses rentas survivants (sa femme, ses enfants). Notre rôle est de donner notre caisse sa place dans les rangs des différentes caisses en Union des Comores. Et cela fait partie donc des ambitions du chef de l’Etat à garantir une assurance maladie pour toute personne affiliée à la caisse nationale de solidarité et de prévoyance sociale

Une réunion avec l’AFD, des partenaires de la santé et du travail a eu lieu vendredi dernier au sein de votre institution, quel a été son objectif ?

C’était pour une réunion importante qu’avait pour but la mise en place du premier comité de pilotage sur le projet de l’assurance maladie et de valider son premier programme opérationnel pour les prochains 6 mois. Ce projet PAAMG traduit la volonté de la France d’accompagner l’Union des Comores dans le domaine de la santé et de la protection sociale à travers l’agence France de développement (AFD), dans le cadre d’une convention signée le 11 juin 2020, à Moroni pour 7.872.000.000 kmf pour la période de 2020-2025. Ce projet vise l’amélioration de l’accès aux soins pour  l’ensemble de la  population comorienne en garantissant une couverture élargie et des couts des soins accessibles, le renforcement de la caisse nationale de solidarité et de prévoyance sociale. Il veillera à la transformation de la Cnsps, dont l’assurance maladie est une nouvelle branche, et la croissance de ses opérateurs délégués a financé les travaux de réhabilitation et d’extension des locaux de la Cnsps.

Votre dernier message

Je saisis cette opportunité pour  dire à la population qu’il y n’y a pas une assurance zéro, mieux vaut venir s’affilier avec la caisse nationale de solidarité et de prévoyance, car personne n’est maitre de son destin pour les  risques liées à ses activées professionnelles. Je  suis bien convaincu que nous avons un long chemin à parcourir, mais ensemble nous arriverons bel et bien au bon-port pour une assurance maladie généralisée pour une sécurité sociale à toute personne affiliée à  la Cnsps.

Propos recueillis par Nassuf. M. Abdou.

 

 

 

Laisser un commentaire