ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Célébration des 46 ans d’indépendance : Une fête à l’honneur des Coelacanthes

La fête nationale de cette année 2021 revêt un caractère particulier, selon Youssoufa Mohamed Ali alias Belou, président de la commission d’organisation. Un hommage dû à la qualification historique de l’équipe nationale pour la prochaine Can au Cameroun.

« Une fête nationale dédiée à l’équipe nationale pour avoir été source de renforcement de la cohésion sociale et l’unité nationale. Les 4 iles retrouvées dans la même cause : défendre la Nation dans le monde footballistique et ce, sans complexe d’appartenance d’une ile », a déclaré Youssoufa Mohamed Ali, président de la commission d’organisation de la fête nationale.

Quant à la qualification pour la Can, « quand même c’est une fierté pour nous. Un pays de 800.000 habitants qui a pu affronter des grandes nations pour se qualifier », a indiqué le président de la commission. « Les efforts déployées par Amir Abdou méritent une grande reconnaissance et un témoignage de notre Nation. D’ailleurs, c’est l’un des priorités du chef de l’Etat, mettre en avant tous les moyens pour l’épanouissement de la jeunesse. Le président a non seulement montré que la jeunesse est le fer de lance du développement du pays mais aussi une source de paix et de cohésion sociale», a-t-il renchéri.

Concernant l’absence de l’opposition, le directeur de cabinet chargé de la défense a confirmé que l’opposition a reçu les invitations de la célébration des 46 ans de l’indépendance des Comores. « Nous avons envoyé les invitations et cela n’a pas suffi. Je les ai appelé, un à un, pour m’assurer qu’ils ont obtenu les invitations. Il y a ceux qui ont pris part et ceux qui ne sont pas venus, c’est comme ça », a-t-il dit. Le chargé de la défense a manifesté la disponibilité du gouvernement pour le dialogue national. « Nous sommes prêts à un dialogue. Mais nos amis de l’opposition souhaitent à ce que le dialogue soit conduit par la communauté internationale. Je le répète aujourd’hui, nous ne sommes pas en guerre, pourquoi ne pas s’asseoir pour trouver une solution ensemble », s’interroge le chargé de la défense comorienne.

Kamal Saïd Abdou

Laisser un commentaire