ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Conseil des ministres : La modernisation de l’état civil comorien au menu

Le conseil hebdomadaire des ministres a eu lieu, hier mercredi, au palais de Beit-Salam, en présence du chef d’Etat. Plusieurs sujets ont été à l’ordre du jour notamment, l’éducation nationale et la modernisation de l’état civil comorien. Les Comores envisagent remodeler les règles administratives de l’état civil.

Le conseil de ministres de ce mercredi portait surtout sur la structuration du système éducatif national et la modernisation de l’état civil comorien. Le porte-parole du gouvernement comorien, Houmedi Msaidié a annoncé que l’ordre du jour de la 41e Assemblée générale annuelle de l’Unesco portera sur le plan structural de l’éducation. À en croire le porte-parole du gouvernement, cette Assemblée annuelle comportera sur « une éducation de meilleure qualité » pour les pays membres de l’Unesco. « La 41e Assemblée générale annuelle de l’Unesco abordera la question d’une éducation de meilleure qualité pour les pays membres qui possèdent un  déséquilibre au niveau du système éducatif. Les Comores prendront part à cette rencontre à Paris, dans les prochains mois. Nous devons disposer d’un enseignement de haut niveau avec des enseignants qui maitrisent parfaitement les techniques d’apprentissage aux enfants », a-t-il confié avant de poursuivre que « cette réunion abordera également, les problèmes liés au changement climatique qui perturbent la continuité de l’année scolaire chez les enfants. »

La question de la modernisation de l’état civil comorien n’était pas du tout écartée, selon le ministre, Msaidié. « L’Union des Comores dispose d’un projet de modernisation des règles administratives de l’état civil. Ce projet est financé par la France en vue de redorer l’image de l’état civil comorien. Ce dernier doit être habilité et reconnu, selon les normes légales. Car le code qui régit l’état civil comorien date de 1944, pourtant, il existe une énorme modification des documents administratifs et évolution des règles juridiques », a-t-il souligné.

Abdoulandhum Ahamada

 

Laisser un commentaire