ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Dialogue public-privé : Bientôt la mise en place de l’organisme de gestion

Dans une rencontre tenue samedi dernier entre le ministère de l’économie, les opérateurs économiques et l’Uccia, Mze Aboudou, ministre de l’économie a rassuré la mise en place des cadres du dialogue public-privé et l’organisme chargé de gérer les questions de la concurrence.

Dresser un bilan rapide au sujet des pistes dégagées dans les précédentes rencontres avec les opérateurs économiques, les conséquences de ces mesures, notamment analyser les côtes positives sur les questions relevées, les facilités dans les questions d’accompagner le financement des importations des Ppn et les difficultés liées au transport sont entre autres les sujets abordés lors d’une rencontre entre le ministère de l’économie, les opérateurs économiques et l’Uccia. « Nous avons constaté les côtes où fallait accélérer surtout les questions de financement », a souligné  le ministre de l’économie. Il a ainsi annoncé l’assouplissement des difficultés des opérateurs économiques auprès des banques notamment les garanties.

S’agissant des spéculations dans le délai de paiement des opérateurs auprès des banques, le ministre de l’économie a fait savoir que l’échéance commence dès la mise en vente des produits dans le marché local. « Nous nous sommes convenus pour 8 mois dont 2 mois différés et cela commence depuis l’arrivée des produits. Ceci fait partie des éclaircissements que nous avons fait pour qu’il y ait une bonne compréhension dans l’ensemble des établissements », a précisé le ministre de l’économie.

Aucun souci sur le taux d’intérêt fixé à 6,5 %, selon le ministre. Le rapport de l’Uccia corrobore avec l’enquête effectuée par le ministère de l’économie sur la hausse des prix dans le marché international. « Nous avons étudié comment faire à ce qu’il n’y aura pas encore une explosion. Nous nous sommes convenus sur la mise en place d’un comité restreint. Les enquêtes menées au niveau du ministère de l’économie sur les Ppn, voir les charges y afférents dans leurs commandes afin d’arriver sur un commun-accord notamment les encadrés pour éviter les dérapages des prix », a indiqué le ministre. La crise sanitaire a bouleversé le marché international. Cela signifie que les demandes sont augmentées. A en croire le ministre, dans notre pays il y a eu une chute remarquable. « Quelques pistes sont dégagées. Le gouvernement s’est engagé de négocier avec les sociétés Maritimes pour voir comment elles peuvent nous positionner des bateaux qui vont assurer régulièrement et accompagner les importations », a conclu le ministre.

Kamal Said Abdou

Laisser un commentaire