ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Enseignement primaire : A Nyoumakelé, les directeurs des écoles au cœur de l’éducation de qualité

A l’école primaire publique de Mramani, dans le Nyoumakelé, la direction de l’enseignement primaire a rencontré les directeurs des écoles primaires publiques de Nyoumakelé. Cette rencontre entre dans le cadre de sensibiliser sur l’éducation de qualité, sur la loi d’orientation, et définir les enjeux et solutions pour une éducation de qualité.

A une semaine de la rentrée scolaire, la direction de l’enseignement primaire a rencontré les directeurs des écoles primaires publiques de Nyoumakelé. 21 directeurs des établissements publics de cette région ont répondu présents. « Nous avons entrepris des rencontres avec les directeurs des écoles primaires avant la rentrée scolaire. Nous voulons une synergie dans nos travaux pour avoir une bonne qualité dans l’éducation de base. La direction de l’enseignement et le gouvernement mettent en place des initiatives pour une meilleure éducation des enfants. Nous sommes venus échanger sur le projet de la loi d’orientation pour préparer la rentrée scolaire prévue le 28 octobre pour les professeurs et le 01 novembre pour les élèves », a expliqué le directeur de l’enseignement primaire, Ali Moustoifa.

 « La révision de la loi en 2020 sur le SCR est à 3 niveaux. La troisième année du SCR serait cette année, la période transitoire entrant au CP. Il faut aussi revoir la formation d’un conseil d’école et son rôle. Il y a aussi la question du bulletin unique et celle du conseil qui doit appuyer le développement des écoles. Le grand souci, c’est le renouvellement des professeurs qui partent à la retraite et qui ne sont pas remplacés. J’espère qu’ensemble, nous pouvons y arriver », avance-t-il.  

Les directeurs ont équipés le bulletin scolaire du deuxième semestre et la liste nominative des enfants. La question des enfants handicapés est aussi discutée. « Il faut appeler les enfants, les sensibiliser et les inciter à la concurrence entre eux. Les professeurs aussi, qui sont les jardiniers de l’éducation doivent faire preuve de professionnalisme. Les parents doivent aussi prendre leur part de responsabilité sur l’éducation », dixit Ali Moustoifa.

Zahara Ahmed, responsable de l’éducation de la fille soutient que « les filles doivent être éduquées. Nous devons sensibiliser la famille à envoyer les filles à l’école. La femme conduit la famille donc sans éducation, le foyer ne vaut rien. Les directeurs et les professeurs doivent chercher à savoir pourquoi certaines filles refusent l’école, savoir la cause de certaines absences en période scolaire. Nous devons apprendre la fille. »

Les directeurs ont entre autres énuméré les résultats des examens, la question des enseignants de la langue arabe, des fournitures scolaires, l’absence des inspecteurs pédagogiques dans les établissements de la région, comme difficultés rencontrées, les prévisions dans la région et ont sollicité des solutions adéquates.

Ahmed Zaidou

Laisser un commentaire