ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Environnement : Le RCOI-Comores en guerre contre le changement climatique

S’engager à protéger l’environnement et lutter contre le changement climatique est la mission principale du Réseau Climat Océan Indien (RCOI-Comores). À l’occasion de la conférence (COP 26) du 1er au 12 novembre prochain au Royaume-Uni, le RCOI-Comores promet d’organiser des séances de sensibilisation à la population aux Comores.

La protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatiques sont les principaux objectifs du Réseau Climat Océan Indien (RCOI-Comores). La secrétaire générale du RCOI-Comores, Fatouma Ibrahim a précisé les différentes activités menées depuis sa date de création du réseau. « L’objectif de la Coy est de mobiliser la jeunesse pour lutter contre le changement climatique autour d’une COY locale. Nous avons mené des activités de propreté et de sensibilisation de la population. Nous avons mené des opérations de nettoyage des zones côtières et terrestres, des sensibilisations sur le concept protection de l’environnement et lutte contre le changement climatique et des activités de reboisement. Nous faisons des recyclages des matières plastiques », a déclaré la secrétaire générale du RCOI-Comores.

À l’occasion de la conférence (COP 26), au Royaume-Uni, la secrétaire générale, Fatouma Ibrahim a annoncé que le RCOI-Comores s’engage à organiser des activités et conférences de sensibilisation. « Suite à la COP 26 qui aura lieu au Royaume-Uni du 1er au 12 novembre 2021, le Réseau Climat Océan Indien (RCOI-Comores) souhaite organiser la conférence de la jeunesse (COY : conférence of Youth en anglais), aux Comores du 29 au 31 octobre 2021 à Moroni. C’est une manière de sensibiliser les jeunes sur l’importance de protection de l’environnement et des stratégies de lutte contre le changement climatique. La protection de l’environnement nécessite un système de protection des zones côtières et terrestres, des milieux publics et privés, mener des activités de reboisement, entre autres », a-t-elle expliqué.

Abdoulandhum Ahamada

 

Laisser un commentaire