ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Fakihi Mradabi : « Farid Soilihi risque gros »

Aussitôt que Farid Soilihi, leader du mouvement « Osons » a annoncé son retour sur la scène politique pour faire front contre Azali Assoumani, le vice-président du Rddc a réagi. Une contre-attaque et un défi.

Farid Soilihi est prévenu. Son « come-back » peut lui porter des lourdes conséquences. Sa sortie médiatique, la semaine dernière fait jaser. Le vice-président du Rddc, Fakihi Mradabi n’a pas tardé à passer en offensif. Ce ténor de la diaspora pro-Azali menace Farid Soilihi de le renvoyer en prison. « Je préviens que Farid Soilihi risque gros », a-t-il prévenu. « Il ne peut rien contre nous et s’il essaie de mettre du désordre et de troubles, je l’enfermerai dans une prison à Marseille avant de rentrer à Paris », a avancé Fakihi Mradabi.

Selon le vice-président du Rddc, si Farid Soilihi annonce son retour dans les manifestations, « c’est parce qu’il est manipulé et il n’agit pas seul. Il défend ses intérêts personnels. Il a reçu une somme colossale avant de faire son come-back. Nous allons continuer notre combat comme il est de notre droit. Récemment, nous nous sommes réunis à Marseille pour échanger et réfléchir sur les droits de la communauté comorienne de France auprès du gouvernement comorien et nous espérons que nous atteindrons à nos objectifs fixés », dit-il. « Farid Soilihi et ses consorts n’ont gagné ni la bataille ni la guerre. Il est détesté par les comoriens de Marseille de son imposture », a-t-il poursuivi.

Fakihi Mradabi a rappelé que le Rddc a débuté sa campagne de lutte contre les manifestations contre le pouvoir en place avec un nombre restreint de franco-comoriens. « Aujourd’hui, nous sommes nombreux. C’est un pari gagné », confie-t-il. Celui-ci croit à la politique du président de la République, notamment l’émergence à l’horizon 2030.

KDBA

Laisser un commentaire