ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Fraudes de recharges d’électricité à la Solonec : Les auteurs présumés risquent 5 à 10 ans de prison ferme

Alors qu’un réseau de recharges illégales des compteurs a été démantelé, l’avocat de la Sonelec, à travers une conférence de presse, a annoncé que les suspects risquent une peine de 5 à 10 ans de prison ferme et d’une amande de 500.000 à 1.000.000 kmf. Me Idrisse Mze estiment que  les clients bénéficiaires de ces recharges en dehors des caisses de la Sonelec, doivent régulariser 600.000.000 de francs comoriens.

Malgré l’engagement exprimé par le directeur général de la Sonelec lors de sa prise de fonctions d’en finir avec les fraudes pour redresser la société, certains agents ont constitué à recharger des compteurs illégalement. Les agents ont ouvert un réseau de recharge autre que celui de la société  pour gagner de l’argent. « Soit le client était conscient, soit il a cru sur parole la personne qu’il s’agit de leur quota. Il y a ceux qui ont été trompés, en tout cas l’enquête se poursuit », a indiqué Soilih Mohamed Djounaid, directeur général de la Sonelec. Pendant que d’autres agents cités dans l’enquête continuent à réclamer leurs inconsciences, leurs clients ont révélé leurs noms. Ils ont même accepté de payer leurs dettes.

Le statut de la Sonelec a prévu le vol de courant et les sanctions. Me Idrisse estime qu’il ne s’agit pas du vol d’électricité tout simplement, il s’agit aussi de « faux et usage de faux en écriture administrative et comptable ». Au de-là de ces deux infractions citées, Me Idrisse a évoqué une troisième infraction qui est « l’abus de confiance ». « L’abus de confiance est réprimé de 5 à 10 ans de prison ferme », a insisté Me Idrisse.

6 agents sont aux mains de la justice et un juge d’instruction est saisi, selon Me Idrisse. En attendant l’enquête de la justice, certaines mesures disciplinaires sont prises par la direction. Il s’agit du licenciement sans préavis conformément aux textes réglementaires et législatifs régissant la société. Cette affaire de fraude remonte depuis 2017. Sur l’enquête déjà en cours, 169 compteurs sont rechargés illégalement dont deux compteurs à disques et les autres sont des compteurs à cartes prépayés découverts par la Sonelec.

 L’avocat a précisé qu’un compteur de disque a été branché en permanence pour alimenter un quartier tout entier. « Après avoir constaté cela, nous avons porté plainte. Certaines personnes sont entendues par la justice. Actuellement le dossier est devant le juge d’instruction », a précisé l’avocat. Les dégâts causés sont énormes. Une enquête de 2017 à nos jours révèle que plus de 500 clients chargeaient leurs compteurs en dehors des comptoirs de la Sonelec. « Cela veut dire que les compteurs de ces clients ont été chargés par des agents de la Sonelec en contrepartie d’une somme quelconque. Nous avons les preuves matérielles, le montant et les jours des recharges », a avancé Me Idrisse.  Déterminée à redresser la société, la direction de la Sonelec estime que ces millions volatisées doivent retourner dans les comptes de la société.  En cas de résistance, l’avocat a indiqué que la direction de la Sonelec a d’autres mesures de contrainte permettant à ces personnes de liquider leurs dettes devant la société.

Les auteurs de cet acte de forfaiture sont placés sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Moroni. Ces agents ont été repérés via une vidéosurveillance.  

Kamal Said Abdou

 

Laisser un commentaire