ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Justice : Des avocats en formation

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet FSPI, les avocats du palais de justice de Moroni, ont démarré, depuis hier, une formation de deux jours, à Moroni. Cette formation porte sur le recouvrement des créances en période de crise sanitaire, de l’hypothèque et de la technique de la saisie immobilière.

Un atelier de formation des avocats est lancé en vue de soutenir le secteur de la justice comorienne. Cette formation est basée sur le recouvrement de créances en période de crise sanitaire dans l’espace Ohada, les sûretés immobilières « l’hypothèque », et les techniques de la saisie immobilière. Yannick Mevel, attaché de coopération, adjoint au chef SCAC a précisé le rôle que doit jouer un avocat. « Les avocats, professionnels du droit à statut juridique indépendant, jouent un rôle très important dans la défense et la promotion de la démocratie et de l’État de droit. Contribuer au développement et à l’amélioration des outils et du fonctionnement de ce projet de la coopération française via notamment une offre de formation structurante. L’application du droit uniforme Ohada, thème du présent atelier qui s’ouvre, doit répondre aux enjeux capitaux en matière d’environnement des affaires aux Comores », a-t-il expliqué.

Yannick Mervel, dans son intervention, envisage le plan de l’année 2022. À l’en croire, en 2022, la création d’un diplôme universitaire en droit des affaires Ohada est envisageable. « Il est envisagé en 2022, soit à l’issue de l’exécution de ce projet d’appui du secteur de la justice, de jeter les bases de la création d’un diplôme universitaire en droit des affaires Ohada, qui pourrait être le fruit d’une coopération entre les universités de Montpellier et de Moroni, et d’un appui aux modes alternatifs de différends commerciaux », souhaite-t-il.

De son côté, le ministre de la justice, Djaé Ahamada Chanfi pense que la création des tribunaux de commerce en Union des Comores est un moyen que le chef d’Etat, veut renforcer la stabilité du climat des affaires.

Abdoulandhum Ahamada

Laisser un commentaire