ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Politique : Quels sont les piliers du nouveau gouvernement ?

Des nouveaux ministres sont nommés la semaine dernière par le locataire de Beit Salam pour la formation du nouveau gouvernement. L’on considère trois ministres comme les piliers du nouveau gouvernement bien qu’un d’entre eux soit critiqué d’une gestion opaque dans ses précédentes fonctions.

Soeuf Kamalidine, Mahamoud Fakridine et Mze Abdou, les piliers du nouveau gouvernement comorien. Chacun d’eux a un passé qui leurre. Le président de la République les a confiés les ministères des Finances, de l’intérieur et de l’économie. En pleine pénurie des produits alimentaires et hausse des prix, les ministres de l’économie et des finances ont de quoi répondre à la population. Pendant que le nouveau ministre de l’intérieur doit maitriser l’instabilité politique. « A mon avis, le président s’est trompé de ce nouveau gouvernement. Certes ce sont des technocrates, mais le pays est frappé de plein fouet par une crise sans précédent, et ces hommes ne sont pas bien placés à relever les défis des comoriens », a manifesté Abdoulhamid Ibrahim, un enseignant.

Le nouveau ministre des finances, du budget et du secteur bancaire, Soeuf Kamalidine a été critiqué d’une gestion opaque à la direction des douanes. 5 ans à la douane, il a fait l’objet des vives critiques. Soupçonné de malversations, l’ancien directeur des douanes s’est justifié. Son atterrissage au ministère des finances laisse planer le doute.

Quant à Mahamoud Fakridine, le nouveau ministre de l’intérieur, il occupa jusque là, le service des renseignements du pays. Militaire de formation, il avait dirigé la direction de l’électricité et de l’eau sous l’ère Azali I. le chef de l’Etat lui a confié la sécurité du pays. Et pour Mze Abdou, il a été l’ancien gouverneur de la banque centrale. Un homme qui maitrise fort bien le secteur économique du pays. Ces trois hommes, piliers du nouveau gouvernement, doivent apporter des solutions aux préoccupations majeurs des comoriens.

KDBA

Laisser un commentaire