ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Semaine de la jeunesse de Mirontsy Anjouan : La douzième édition est lancée

L’association des jeunes actifs et multisectoriels de Mirontsy ya Ndzuwani a lancé, lundi dernier, la semaine de la jeunesse locale. Des notables, des jeunes, des femmes ont honoré cet événement qui marque la culture anjouanaise plus particulièrement celle de la ville de Mirontsy.

« Bienvenue à la 12ème édition de la semaine de la jeunesse de Mirontsy. Un événement plein de bon retour. C’est l’épanouissement, le ralliement de la population », a exprimé Sidi Bacar, maire de Mirontsy. Selon lui, l’éducation va mal. Important d’admettre ce constat pour trouver une solution à ce grand fléau. Cette semaine de la jeunesse apportera sa pierre à l’édifice. « Nous devons nous rendre à l’évidence sur un bon encadrement de nos enfants », déclare-t-il. Il a annoncé l’annulation du carnaval prévu ce dimanche pour lancer les activités puisque l’autorisation n’a pas été livrée à la gendarmerie nationale.

Des extraits de textes d’écrivains comoriens ont été lus par des jeunes femmes pour marquer cette semaine culturelle de la jeunesse de Mirontsy. C’est le cas d’un texte Dr Ansuffoudine Mohamed et le Club Soirhane en 2019, et de Salim Hatubou. Des danses traditionnelles et du Slam. « Notre travail paie. Nous devons faire des efforts sur notre travail. Il y a 30 ans, cela se faisait et en 2009. Nous avons repris les activités. La tradition doit perpétuer. Nous espérons que vous garderez cette tradition. La jeunesse, nous vous rendons responsable de cette semaine. Ces actions, nous ramèneront au sommet. En 2009, il n’y avait pas de culture à Mirontsy. Grâce à cette semaine de la jeunesse, la culture de la ville a repris vie, a repris sa valeur et son éducation. Nous nous rencontrons, nous partageons, et nous nous connaissons à travers cette semaine d’activités », se jubile Dr Ansuffoudine Mohamed. « Il n’y a pas de ville aux Comores et plusieurs villes dans le monde où des jeunes ont écrit l’histoire de la ville. Ici, à Mirontsy, nous l’avons écrit avec les jeunes du Club Soirhane. Nous leur apprenons la langue et l’écriture », confie-t-il.

Parmi les activités, nous notons les ateliers et le concours de lecture, lecture du coran et peinture, des courses à pied et de pneu, de mlalangwé, entre autres. Le délégué Nail Jaffar, représentant du gouverneur de Ndzuwani a tenu à féliciter la ville de Mirontsy et les différents organisateurs. « Cet événement est entre dans le cadre de la lutte contre la délinquance dans notre pays. J’apporterai ma part à cette initiative. Mirontsy est parmi les villes qui continuent à promouvoir la culture de l’île », a-t-il promis.

Ahmed Zaidou 

Laisser un commentaire