ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Société : Sept morts et huit rescapés au large du Kenya

La disparition en mer et les morts noyés en mer se poursuivent. Trois comoriens sont morts noyés en méditerranée lundi dernier. Sept comoriens sont morts au large du Kenya et huit sont secourus. Ces quinze comoriens voulaient se rendre à Mayotte. Selon le gouvernement, cette question est pour tous les comoriens.

Lundi dernier, le consulat des Comores à Laayoune au Maroc a annoncé la mort des trois comoriens et trois autres portés disparus au large de Laayoune et de Tarfaya. Une énième tragédie. Toutes ces victimes voulaient se rendre en Europe. Un autre drame a eu lieu au large du Kenya où sept comoriens ont perdu la vie et huit autres ont été secourus. Ces comoriens ont passé 22 jours dans les eaux de l’océan indien. C’est les gardes-côtes kenyanes qui ont secouru ces 8 comoriens.

A bord de l’embarcation, ils étaient 15 et ont fait leur départ le jour de l’Ide El-kabir. « Les gardes-côtes du Kenya ont pensé que c’est une vedette de pêche mais le nombre des passagers ont fait comprendre que ce ne sont pas des pêcheurs. Cette vedette a quitté Ndzuani pour se rendre à Mayotte. Mais les problèmes météorologiques ne leur ont pas permis d’arriver au bon port. Sur 15 personnes, 7 sont morts et 8 sont en vie. La vedette a quitté Sima Anjouan le jour de l’Ide El-Kabir pour destination, Mayotte. Elle a eu une panne de moteurs. Elle est poussée par les eaux jusqu’au Kenya », a expliqué M. Rachadi de la garde-côtes comoriennes.

Les noms des rescapés sont connus et la liste est aux mains de la garde-cotes comoriennes. Trois noms des morts sont connus. Selon le porte-parole du gouvernement, il y a eu des naufrages répétitifs des comoriens dans la mer méditerranée et au large de Mayotte. « Des personnes voulant rejoindre Mayotte par Kwasa-kwasa. Ce qui est pire, la plupart des victimes dans la méditerranée sont des jeunes diplômés lesquels s’ils regagnent la France, ils seront obligés de patienter durant 5 ans pour trouver des papiers. Nous devons trouver une solution adéquate face à cette problématique », a-t-il regretté.

Abdoulandhum Ahamada

 

 

Laisser un commentaire