ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Sonelec : Des coupures liées à la quantité insuffisante du gasoil

La pénurie de gasoil affecte la Sonelec qui renoue avec les coupures de courant. Des délestages fréquents et coupures sont enregistrés quotidiennement. La société nationale de l’électricité, Sonelec, annonce que les coupures sont dues au manque du gasoil.

A Moroni et dans les régions, c’est la même rengaine. Les coupures et délestages répétitifs. Interrogé face à cette situation, le chargé de communication de la Sonelec, M. Toybou a confirmé qu’il s’agit du manque de gasoil. « Ces derniers jours, il existe des coupures du courant à Moroni et dans les zones périphériques. Ces problèmes sont dus par manque de quantité insuffisante du gasoil que la société Comores Hydrocarbures livre à la Sonelec. Nous devons avoir par jour, 70 mille litres de gasoil pour fournir du courant à la population. Cette quantité est insuffisante. Si le gasoil est en abondance la situation journalière reviendra à la normale car ce n’est pas un problème de production du courant mais plutôt un problème de quantité insuffisante du gasoil », explique-t-il.

Le chargé de communication de la Sonelec a annoncé le programme de la fourniture du courant par jour. « À Moroni, l’alimentation du courant dure du matin à 14heures. Et de 17 heures à l’aube. Dans les zones périphériques, de 17 heures à minuit. Parfois, jusqu’au petit matin. Dans la zone du Sud, le courant est là, moyennement, grâce à l’installation des panneaux solaires », a-t-il détaillé. Et lui d’ajouter : « espérons que d’ici le 05 août comme prévu, le bateau transportant du gasoil, accostera à Moroni. La vie reviendra à la normale ».

Un stock de gasoil au sein de la Sonelec serait un atout pour fournir régulièrement du courant, mais, cette opération demande un fonds colossal, selon M. Toybou. « La Sonelec devrait avoir un stock de gasoil suffisant dans leurs citernes. Mais, cela demanderait aussi une somme très importante pour assurer cette opération », dit-il.

Abdoulandhum Ahamada

 

 

 

Laisser un commentaire