ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Trafic des tests Pcr : Des médecins et des agents du croissant rouge seraient arrêtés à Ndzuani

Alors qu’une vingtaine de personnes ont été identifiées de faux tests Pcr à Ndzuani, une enquête a été ouverte. Mais l’île vit sous le choc. Des médecins, des agents du croissant rouge comorien, des agents du port de Mutsamudu et des hommes en treillis seraient arrêtés pour un trafic de tests Pcr. Les autorités sanitaires de l’île se réservent de tout commentaire car, selon eux, le dossier aux mains de la justice.

Un trafic lucratif. Un scandale de falsification de tests Pcr vient d’éclater à Ndzuani, au port de Mutsamudu. Les auteurs seraient aux mains de la gendarmerie nationale. Le parquet de Mutsamudu est saisi et une enquête serait ouverte. Un réseau des médecins, des agents au port, des agents du croissant rouge, des agents de la gendarmerie nationale serait démantelé. Ce réseau aurait délivré des de faux tests Pcr à des passagers désirant voyager sans se faire dépister.

Selon les informations une enquête serait  ouverte pour déterminer les varis auteurs et complices. Le nombre exact des complices, leurs noms, fonctions et appartenance au réseau ne sont pas encore connus. Le comité de lutte contre la pandémie Covid-19 à Anjouan ne fournit aucun détail. Il affirme qu’une enquête est ouverte au parquet de Mutsamudu. Selon une source anonyme, plusieurs passagers ont été appréhendés ainsi que des gendarmes. « J’étais au port lors de l’arrestation de 19 passagers pour faux tests Pcr. Des agents du croissant rouge comorien ont sauté pour ne pas être identifiés. Des gendarmes seraient arrêtés », a-t-on confié.

Pendant que les tests Pcr explosent, la fraude fleurit. D’autant plus qu’il est un prérequis pour le départ. Un agent de santé constate une augmentation considérable de faux tests Pcr à Ngazidja et à Ndzuani. Que risquent-ils.

A Ndzuani, 21 passagers sont rentrés munis de faux tests Pcr négatifs de covid-19. Ces personnes sont identifiées par les autorités à la crise sanitaire. Le ministère de la santé a saisi la justice bien que ces faussaires ne soient pas en état d’arrestation.

Ahmed Zaidou

Laisser un commentaire