ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Trafic des tests Pcr : Deux personnes placées en détention provisoire à Koki

Pendant que les tests Pcr explosent, la fraude fleurit. Des arrestations des faussaires des tests Pcr à Anjouan ont eu lieu la semaine dernière. Alors que quatre personnes ont été placées sous mandat de dépôt (1 médecin, 2 agents du croissant rouge comorien et un agent d’une société de transport) depuis vendredi dernier, le médecin et l’agent d’une agence de voyage seraient libérés.

Alors qu’un scandale de falsification de tests Pcr a éclaté à Ndzuani, un réseau des trafiquants des tests Pcr a été démantelé. Les suspects sont placés en détention provisoire à la prison de Koki depuis vendredi dernier. Mais deux d’entre eux seraient libérés samedi dernier. « Les tests Pcr sont codés et enregistrés dans une base de données pour savoir s’il est valable ou pas auprès des services portuaire. Malgré, des trafics ont été constatés. C’est un vaste réseau de trafiquants regroupant des médecins, des agents du croissant rouge comorien et des agents d’une agence de voyage », explique-t-on.

Des conséquences pour le pays

Selon notre interlocuteur, ce trafic coûterait la place des Comores dans la liste des pays verts. « Ça aurait fait des Comores un pays irrégulier dans le respect des mesures sanitaires », dit-il avant d’avancer qu’ « en cas de cas manifesté à l’étranger, les autorités sanitaires du pays concernés vérifient auprès de la coordination, la véracité des documents fournis. Si telle personne a vacciné avec un numéro identifiant de la carte de vaccination ou a eu un test Pcr négatif de 72 heures avant ».

Des cartes de vaccination aussi truquées

A en croire notre interlocuteur, les cartes de vaccination seraient aussi trafiquées. Et une enquête continuerait son cours pour déterminer s’il y a implication d’autres personnes ou structures dans ce réseau. « Le gouvernement a mis en place des nouvelles dispositions. Des changements de responsables du test Pcr au port, des nouvelles étapes sont mises en place, un nouveau circuit pour remédier à ce fléau », a-t-on confié.

L’enquête poursuit son cours au parquet de Mutsamudu. Les premiers détails sont là.  4 personnes ont été arrêtées et placées en détention provisoire à la prison de Koki après leur passage devant un juge, mais deux seraient libres. Il s’agit notamment du médecin et l’agent d’une agence de voyage. Les détenus seraient impliqués directement et reste à déterminer l’implication d’autres complices.

« Le problème du docteur arrêté est qu’il était le responsable des test Pcr au port de Mutsamudu. Probablement, il aurait donné aveuglement confiance à ses agents  de terrain. Et ce sont les autres qui auraient procédés au trafic. Mais à l’enquête de procéder à l’identification du rôle exact de chaque personne dans le réseau », indique-t-il.

D’autres agents du croissant rouge seraient impliqués

Contactée, notre ancienne source affirme que son information sur l’implication de l’agent du croissant rouge comorien est « vérifié », et ajoute que même « deux sont impliqués et probablement la suite de l’enquête va dévoiler d’autres complices. Il est improbable que seulement 4 personnes soient impliquées ».

Quant au déroulement de l’enquête,  le comité de lutte contre la pandémie Covid-19 et le parquet à Anjouan ne fournissent aucun détail sur l’avancement de l’enquête de ce trafic de tests PCR. Interrogé sur les cas du trafic des tests Pcr, une mahoraise souhaitant voyager dit ne plus savoir où suivre et de la fiabilité des agents même à l’hôpital de Bambao Mtsanga. « Je dois partir et donc l’obligation de faire un test. Avec ses histoires de faux test Pcr, je suis inquiète. Si on nous demande de payer et de faire un test, je dois faire confiance à qui ? Et ceux de Bambao sont vraiment fiables ? »,  s’interroge-t-elle avant de lâcher, « je n’ai pas confiance mais je n’ai pas le choix. Le problème de place aussi dans les agences me met en mauvaise posture. C’est insensé que ceux qui doivent faire respecter l’obtention des tests les trafiquent ».

A Ndzuani, 21 passagers sont rentrés munis de faux tests Pcr négatifs de covid-19. Ces personnes sont identifiées par les autorités à la crise sanitaire. Le ministère de la santé a saisi la justice bien que ces faussaires ne soient pas en état d’arrestation.

Ahmed Zaidou

Laisser un commentaire