ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Affaire de Ndzauzé : Les auteurs des dégâts aux mains de la gendarmerie nationale

Une entente entre les forces de l’ordre et la ville de Ndzauzé est retrouvée après plusieurs heures des échauffourées suite à l’assassinat d’un jeune de cette localité. 10 jeunes de Ndzouzé sont aux mains de la gendarmerie. Ils seront responsables des dégâts occasionnés la semaine dernière, a annoncé Djaé Ahamada Chanfi, ministre de la justice, au cours d’une conférence de presse tenue hier au ministère de l’intérieur.

Au cours d’une conférence conjointe, Houmedi Msaidié, Mahamoudou Fakridine et Djaé Ahamada Chanfi, respectivement, porte-parole du gouvernement, ministre de l’intérieur et ministre de la justice ont condamné les actes perpétrés la semaine dernière dont le bilan est alarmant, par les jeunes de Ndzouzé. Les dégâts sont énormes, voitures calcinées, maisons saccagées et objets de valeur dérobés. « Nous rappelons que notre pays a des règles qui nous régissent. Le respect de ces règles commence d’abord par l’éducation de chacun », a précisé Houmedi Msaidié, porte-parole du gouvernement.

La gendarmerie de Mitsamihuli est incendiée par les jeunes de cette localité en signe de contestation. Djaé Ahamada Chanfi hausse le ton et déclare que « la gendarmerie nationale fait partie des symboles de l’Etat. Incendier un symbole de l’Etat est un acte grave ». Les jeunes ont barricadé la route malgré la tentative de médiation avec les jeunes. « Pendant presque 6 heures de temps, il y a eu d’échanges entre les forces de l’ordre qui voulaient libérer la voix et les jeunes de Ndzauzé jetaient des cailloux contre les forces de l’ordre. En tout cas, aucune arme à feu n’est utilisée mais juste des gaz lacrymogènes pour disperser la foule », a indiqué le garde des sceaux. S’agissant des dégâts occasionnés, le ministre de l’intérieur, Mahamoudou Fakridine a fait savoir que des voiturés calcinées dans l’enceinte de la gendarmerie et de l’or bien scellé est aussi volé dans la gendarmerie.

Kamal Saïd Abdou

Laisser un commentaire