ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Anjouan : Visite de l’Ambassadeur français au palais Udjumbe

L’ambassadeur de France, Sylvain Riquier et sa délégation ont visité le palais Udjumbe et ont fait un constat de l’évolution des travaux de réhabilitation du palais. Les niches sont depuis un mois au palais. Une exposition photo est présentée à l’ambassadeur.

Après un passage, le mois passé, au chantier, l’ambassadeur de France découvre de niches murales et l’avancement des travaux du palais dont une partie est financée par l’ambassade de France à Moroni. Il est accueilli par les directeurs du Cndrs, de la culture, des présidents du CPC et de JPC. Il s’est réjoui de l’avancement des travaux. « Il y a un mois, je suis venu et je vois déjà la différence et le travail en progression. Je trouve que c’est passionnant à plein d’égards. Les comoriens doivent prendre en main et récupérer leur patrimoine historique. C’est déjà pour les comoriens et pour les touristes après. Le travail du CPC est un travail associatif et de la communauté. Le résultat de ce travail, je l’ai découvert, il y a quelques instants. Le patrimoine est aussi de l’économie », a exprimé Sylvain Riquier.

« C’est un patrimoine qui mérite d’être connu et défendu »

« Je vois des choses qui ont changé. Les niches, je ne les ai clairement pas vues comme ça. Le mur est découvert. Je l’ai dit, chaque fois que je viendrai à Anjouan, je viendrai voir l’avancement des travaux. Je suis sûr d’avoir des choses à découvrir dans un mois ou deux. C’est une bonne idée que le CPC tient à inscrire le patrimoine des Comores à L’UNESCO. C’est un défi. Je crois, c’est une belle chose, c’est un patrimoine qui mérite d’être connu et défendu. Il ne peut l’être que par les comoriens eux-mêmes », ajoute-t-il.

Un intérêt de promotion et de suivi du chantier, à l’initiative de l’invitation de l’ambassadeur. « La visite nous a donné une ouverture, pour mieux faire connaître les patrimoines des Comores et à un public plus large, les sites et les niches que nous avons découverts. Je souhaite que la population comorienne se rende compte », indique Mme Fatima Boyer. Selon elle, l’ambassadeur est très impressionné par l’apparition de ces niches. La première fois qu’il est venu, il n’y avait pas ces niches. Il est aussi impressionné de voir le travail des jeunes, de voir toutes les équipes qui sont autour du patrimoine. « Le patrimoine qui est là devrait nous interpeller à savoir ce qu’a été le palais Ujumbé. Le palais est à Mutsamudu, mais c’est un patrimoine national comorien. Tout comorien doit apporter sa pierre à l’édifice pour qu’ensemble, nous puissions l’inscrire au patrimoine mondial de l’UNESCO », lance Fatima Boyer.

Ahmed Zaidou 

Laisser un commentaire