ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Commissariat général au plan : Vers la mise en place des structures pour attirer les investisseurs

Dans le cadre de l’élaboration du programme national de renforcement des capacités institutionnelles la première phase de cette mission concernant le diagnostic est achevée. Au cours d’un atelier au Retaj hier, l’objectif est d’attirer les investisseurs publics et privés.

L’Union des Comores se fixe l’objectif de l’émergence d’ici 2030. Ce plan issu de la conférence de Paris vise non seulement à développer les secteurs clés mais aussi, attirer beaucoup plus des investisseurs étrangers. Selon le responsable de l’agence nationale pour la promotion des investissements, le rôle de l’Anpi est chargé de faire les promotions des investissements privés. « Pour la réalisation du plan Comores émergentes, il faudrait attirer les investissements privés et les investissements publics-privés permettant d’ici 2030 de doubler la croissance », a indiqué Nadjati Soidik, directrice générale de l’agence nationale pour la promotion des investissements.

Selon la directrice, l’Anpi a un rôle opérationnel dans la mise en œuvre du plan Comores émergentes. « Nous travaillons en concertation avec toutes les structures, notamment le commissariat général au plan et le secrétariat général du gouvernement ainsi que toutes les structures sectorielles et les partenaires techniques et financiers pour se mettre d’accord sur le rôle de chacun et les moyens à mettre en œuvre que ça soit des moyens de formation ou d’équipements en terme de renforcement de capacités pour améliorer la performance », a-t-elle déclaré. La directrice générale de l’Anpi est convaincu qu’il ne faut pas renforcer les capacités uniquement sur les investissements publics pendant que les investissements privés sont aussi importants dans le plan Comores émergentes. « Le plan Comores émergentes va être réalisé au ¾ par les structures privées et c’est très important de prendre en compte la dimension opérationnelle car il y a des structures en charge de mener des actions concrètes », a-t-elle conclu.  

Kamal Said Abdou

Laisser un commentaire