ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Denrées alimentaires : Le riz arrive au compte-goutte

La déception se fait ressentir pour la clientèle de l’office national d’importation et de commercialisation du riz et les consommateurs, habitués à en vendre et à en manger. Depuis quelques semaines, le riz Onicor manque dans les magasins ou se vend à un prix exorbitant. Les commerçants critiquent une mauvaise gestion et une livraison insuffisante.

150 conteneurs de riz, soit plus de 4 000 tonnes de riz sont arrivés depuis la semaine dernière. 75 conteneurs sont déchargés  à Ndzuani, 60 conteneurs seront déchargés à Ngazidja et 15 à Mwali. Bien que l’Onicor annonce l’arrivée du riz, les clients de la société dénoncent une mauvaise gestion et une livraison insuffisante. « A chaque fois qu’on demande quatre à six conteneurs de riz, on ne reçoit que deux ou trois. C’est insuffisant. Nous avons de la clientèle qui demande trop ce produit. Le riz est très demandé par les consommateurs. Ainsi, le riz peut être livré tardivement », critique un commerçant.

Dans les commerces, les stocks partent en quelques minutes. Le riz devient la denrée alimentaire la plus consommée dans le pays malgré qu’il vienne au compte-goutte. Pour un employé de la société Onicor, « il n y a pas une pénurie de riz dans le pays. La pénurie claironnée par des esprits en mal de sensation relève de ses imaginaires fantasmagoriques », a-t-il réagi. A l’en croire, il y a un stock disponible dans nos entrepôts mais un client ne peut pas avoir trois conteneurs de riz en cette période. Un stock insuffisant ? « Nous attendons l’arrivée des conteurs de riz », a-t-il répondu. Des tonnes de riz qui ne pouvaient pas satisfaire la demande à brève échéance, si de nouvelles importations ne suivent pas.

A noter que Mwali consomme par mois 409 tonnes de riz, Ngazidja 1 760 tonnes par mois et Ndzuani 2 570 tonnes par mois. Au total, les comoriens consomment 4 739 tonnes de riz par mois. En cette période de pénurie des denrées alimentaires, Onicor peine à s’en sortir et le riz vient au compte-goutte.

KDBA

Laisser un commentaire