ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Dialogue national : L’opposition désiste

Bien que l’opposition soit fatiguée de la crise qui sape les efforts de promouvoir le développement du pays, elle rechigne au dialogue national prôné par le président de la République. Sous prétexte que le mandat du président Azali a pris fin le 26 mai 2021.

Toutes les forces politiques appellent à un face à face républicain, à une réconciliation nationale. Et cela fait suite à l’appel lancé par le président de la République pour un dialogue inter-comorien. L’idée de tenir un dialogue national est soutenue par les politiques sous conditions. Toutefois, l’opposition s’est déclarée antagoniste au dialogue. Lors d’une rencontre de l’opposition avec la presse ce mardi, à Moroni, Youssouf Mohamed Boina a déclaré que « l’opposition n’ira pas s’assoir avec un président dont son mandat a expiré depuis le 26 mai dernier. »  

Du pessimisme. Plusieurs griefs sont portés contre le chef de l’Etat et sa politique de développement. L’heure n’est plus aux larges sourires et à la joie. Ça grince les dents. L’ombre du dialogue plane comme l’épée de Damoclès.

Force est de constater que le mois de juillet dernier, le chef de fil de l’opposition, Mouigni Baraka Said Soilihi avait confié que « le dialogue politique prôné par le chef de l’Etat lors de son discours, à l’occasion du 46ème anniversaire de l’indépendance ne se tiendra plus avec les partis de l’opposition. » Puisque, selon lui, il y’a une méfiance totale qui  s’installe entre le peuple et le président. La montagne accouchera-t-elle d’une souris ?

Pour un ténor de l’opposition, sortir le pays de l’eau demande la démission d’Azali Assoumani parce que « le comorien veut vivre stable. » « Moi je dis que ce n’est pas la peine d’aller au dialogue. C’est déjà raté à la base. Un premier dialogue a été tenu en présence de l’Union Africaine et toutes les recommandations assorties ne sont pas respectées », a-t-il dit.   

L’événement se veut inclusif et une ultime réponse à la crise politique depuis les présidentielles de 2019. Qui pour aller au dialogue national ?

KDBA

 

Laisser un commentaire