ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Environnement : Les mangroves, un écosystème d’une grande richesse

Adoptée par la conférence générale de l’Unesco en 2015, la journée mondiale des mangroves vise à sensibiliser les populations sur l’importance des écosystèmes des mangroves. Alors qu’aux Comores, cet écosystème est menacé par les déchets et ordures, il est primordial de promouvoir des solutions pour leur gestion durable et leur conservation.

La journée mondiale pour la conservation de l’écosystème de la mangrove se célèbre à chaque 26 juillet. La mangrove est un écosystème de zone marécageuse à proximité de la mer. Ces arbres aux longues racines apparentes à marée basse constituent l’élément caractéristique des mangroves. « Les mangroves constituent un lieu de reproduction et d’alevinage riche en nutriments pour de nombreuses espèces qui prospèrent dans et au-dessus de l’eau. Les mangroves ne sont pas seulement des arbres, c’est tout un équilibre, tout un ensemble avec un sol, une faune, une flore et des conditions particulières. Leur rôle pour la biodiversité et la planète est donc essentiel et la situation actuelle est préoccupante », a expliqué un environnementaliste.

Et lui d’ajouter, « les mangroves sont des écosystèmes des marais maritimes, incluant un groupement de végétaux spécifiques, qui se développent dans certaines zones à côtes basses des régions tropicales. Elles constituent des puits de carbone, un habitat et une source de nourriture pour beaucoup d’espèces animales. »

Les mangroves, une source de richesse

Au-delà de leur physionomie et de leur croissance, les mangroves sont des puits de captation de carbone. Cet écosystème a donc un rôle fondamental de filtre et est capable de capter des métaux lourds ainsi que des polluants, pour ensuite restituer une eau dépourvue de pollution. « La mangrove a également l’avantage de stocker la majorité du carbone dans le sol plutôt que sous forme de matière sèche, ce qui permet un stockage de CO2. Tant pour sa flore que pour sa faune, la mangrove abrite une très riche biodiversité. Elle héberge des centaines d’espèces de poissons ou encore différentes espèces d’oiseaux », a-t-il indiqué avant de préciser que « la mangrove est une source importante de richesse pour la pêche côtière, des sites attractifs pour le tourisme, une valeur médicale pour la population locale, une barrière naturelle contre les houles, les tempêtes et l’érosion, un filtre naturel contre les polluants et une zone de piégeage des gaz à effet de serre. »

Un écosystème menacé

Bien que la mangrove soit une grande richesse, elle est menacée par l’activité humaine. La dégradation des mangroves peut réduire leur capacité de stockage de CO2. Parmi les facteurs qui menacent les mangroves, la pollution. Plus de 35% des zones de mangroves ont disparu à l’échelle mondiale et le rythme de disparition s’intensifie. Le parc marin des mangroves est d’une singularité particulière qui nécessite une protection étant donné que plusieurs dangers le guette. On peut citer le déboisement, la pollution pour ne citer que ceux-là, sont des phénomènes qui menacent les mangroves.

Le parc marin de Mohéli et les mangroves de Bimbini

Avec une superficie de 40 400 ha au sud de Mwali, le parc marin de Mohéli s’étend de Miringoni à l’Ouest à Itsamia à l’Est. Le parc inclut la ligne de rivage, ses plages, ses mangroves et les différents îlots de la zone. Les côtes de Mwali sont, de tout l’Océan indien, les plus fréquentées par les tortues marines pour leur production. Le site de Nyumashua est encadré de chaque côté par des mangroves.

« A Bimbini (Ndzuani), la diversité des mangroves et des espèces marines vivant dans le lagon en font un élément majeur de la conservation de la biodiversité côtière des Comores qui est différent et complémentaire à celui de Mwali », a fait savoir Said Ali, un écologiste. Cette zone côtière constitue également une ressource traditionnelle importante pour Bimbini. Une zone des mangroves à conserver. Alors qu’aux Comores, cet écosystème est menacé par les déchets et ordures, il est primordial de promouvoir des solutions pour leur gestion durable et leur conservation.

Nassuf. M. Abdou

 

Laisser un commentaire