ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Fermeture des frontières : La dure épreuve des comoriens à Madagascar

Malgré le sit-in auprès du consulat comorien à Mahajunga en réponse du silence du gouvernement les semaines dernières, les étudiants comoriens bloqués à Madagascar lacent le dernier cri d’alarme. Selon Ali Mohamed, Ce n’est pas le moment de chanter pendant que les étudiants comoriens périssent dans un pays étranger.

Aucune solution envisagée, les étudiants comoriens bloqués à Madagascar  montent au créneau et s’attaquent au gouvernement. « Notre gouvernement ne se soucie pas de nous comme si nous sommes des sacrifiés. Nous avons effectué un sit-in devant le consulat des Comores à Mahajunga espérant avoir une solution, en vain », a manifesté Mohamed Ali, un des étudiants comoriens bloqués à Madagascar. « Ce qui signifie que ce pays n’envisage rien comme développement. D’ailleurs, c’est honteux pour un pays digne de laisser ses ressortissants périr sur un sol étranger », a-t-il poursuivi. 3 mois déjà depuis que les étudiants sont en attente d’une solution de la part du gouvernement comorien. « Je suis convaincu que le gouvernement comorien n’a rien fait concernant notre cas. Et pourtant le gouvernement Malgache est prêt à trouver une solution. Comment peut-on comprendre cela ? Le chef de l’Etat et son gouvernement ne font que se féliciter et chanter émergence pendant que nous sommes en train de mourir dans l’ile voisine», déplore-t-il.

La situation est très compliquée dans la mesure où nous sommes tous épuisés, selon Mohamed Ali qui a tenu à préciser le manque de responsabilité du gouvernement. « C’est irresponsable ce qui se passe. Un peu de souci pour l’avenir du pays qui défend que l’éducation est un vecteur de l’émergence. Serait-elle une simple chanson pour plaire aux autres ? », s’est-t-il interrogé.  Mohamed Ali a estimé que le gouvernement engage seulement des actions de nature politique pendant que les comoriens dorment dans les rues de Madagascar.

Kamal Said Abdou

Laisser un commentaire