ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Mort du major Hakim : La mairie de Mirontsy exhorte le gouvernement à une enquête

Une nuit « noire » entre les forces de l’ordre et la population de la localité de Mirontsy à Anjouan le jeudi 8 mars dernier. Des routes barrées, des gaz lacrymogènes. Sur ce, le maire de Mirontsy a rencontré la presse dans la matinée du vendredi dernier pour présenter ses condoléances à la famille du défunt et appeler le gouvernement à ouvrir une enquête pour élucider les circonstances de la mort de ce militaire retraité.

Déterré et enterré le jeudi dernier, le major Hakim est mort des circonstances troubles. Dans la nuit du jeudi après son enterrement, des échauffourées ont eu lieu à Mironsty dans l’île d’Anjouan entre les habitants de cette localité et les forces de l’ordre. Des routes barrées et gaz lacrymogènes. La peur animait les localités voisines. Alors que les internautes parlent « d’assassinat », le lendemain, le maire de Mirontsy, Sidi Bacar devant la presse affirme n’être au courant de rien. « Mes adjoints m’ont fait comprendre que cette histoire implique la mairie, et nous devons connaître le fond de l’histoire », a dit le maire de la commune de Mirontsy.

Le maire appelle au gouvernement de faire leur possible pour élucider et interpeller ceux qui sont derrière cet acte, pour qu’ils soient jugés et servir de leçon aux autres. « Tout est passé sans que les premiers responsables de la mairie ne soient au courant de rien. Mais j’appelle au gouvernement comorien de prévenir les dirigeants des localités avant toutes interventions et a primé le dialogue pour éviter des conflits », lance Sidi Bacar.

La nuit du 8 au 9 mars, est tristement entrée dans l’histoire de l’île d’Anjouan, et rappelons que ces derniers mois, de tels conflits entre la population et les forces de l’ordre ont eu lieu à Sangani pour des histoires de meurtre comme on à pu le constater. La peur est installée dans toutes les localités avoisinant la commune de Mirontsy.  La population de la localité quand à elle, exprime sa peur et est triste suite aux événements qui se sont passés.

Ahmed Zaidou (stagiaire)

Laisser un commentaire