ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Planification familiale : L’Ascobef sensibilise 4 districts sanitaires à Anjouan

Jeudi dernier, à la mairie de Koni Djodjo, a eu lieu le lancement de la campagne de sensibilisation des acteurs sur la planification familiale. 4 localités sont choisies pour Anjouan pour cette campagne de sensibilisation initiée par l’Ascobef.

En Union des Comores, le taux de mortalité maternelle est estimé à 172 pour 100 000 naissances vivantes. L’enquête démographique et de santé (EDSC-MICS II 2012) montre que dans l’ensemble, 11 % des jeunes femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 10 % ont déjà eu, au moins, un enfant et 1 % sont enceintes pour la première fois. À 15 ans, 2 % des adolescentes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement avec l’âge, passant à 9 % à 17 ans et à 27 % à 19 ans. Cette vie sexuelle précoce expose les adolescentes et les jeunes aux IST et aux grossesses non désirées, ayant pour conséquence des taux élevés de morbidité et de mortalité maternelle et néonatale. Cette morbi-mortalité est aussi liée au taux élevé d’avortements clandestins, selon les médecins.

Moustadrane Halidi, ancien député de Koni Djodjo explique que la planification familiale doit passer par la sensibilisation « Nous devons avoir les manières pour sensibiliser et expliquer ce que c’est la planification familiale à ceux qui l’ignorent. Cela permettra aux enfants et aux mamans d’être en bonne santé. L’enfant aura le temps nécessaire pour recevoir le lait maternel, le temps qu’il faut. Nous serons en bonne santé et nos progénitures aussi. Et selon la vie que nous avons maintenant, nous devons nous organiser en famille. La sensibilisation ce n’est pas un travail seulement pour la mairie, les prêcheurs, mais tous les acteurs doivent sensibiliser, inciter, éduquer et faire comprendre les bienfaits de la planification familiale », a expliqué Moustadrane Halidi, ancien député de Koni Djodjo. 

Pour la superviseuse de l’Ascobef, Farhati Said Abdérémane a indiqué : « nous ouvrons officiellement la campagne à Koni Djodjo dans le district sanitaire de Domoni. Le choix de Koni Djodjo se justifie du fait qu’elle est parmi les villes les plus démunies d’informations sur la planification. Koni Djodjo met la naissance moyenne à 30 enfants par mois, cela n’est pas peu. Si la femme n’est pas en bonne santé, c’est tout le système familial qui subit les conséquences. Je profite pour vous dire à tous de prendre en considération cette campagne et d’espérer bénéficier de ses bienfaits. » Et elle d’ajouter, « que les hommes acceptent de faire la planification familiale. Cela n’empêche pas d’avoir des enfants. A Anjouan, 4 localités sont choisies pour le lancement de cette campagne à Mirontsy, à Koni Djodjo, à Vassy et à Mrémani ».

La campagne de sensibilisation s’est terminée avec une prestation d’un sketch portant sur « la planification familiale, les moyens contraceptifs et les lieux à prévoir les rendez-vous. » La même campagne a eu lieu samedi 11 septembre, à Vassi dans le district de Pomoni, en présence de Mme la maire, des agents de la mairie, des chefs religieux et des médecins. Vendredi prochain, la même campagne se poursuivra dans le district de Mrémani avec les mêmes objectifs. Des travaux de terrains seront entrepris par 26 sages-femmes référencées par l’Unfpa au niveau national.

Ahmed Zaidou 

Laisser un commentaire