ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Vaccination : « Les effets secondaires ne sont pas forcément liés au vaccin »

La direction générale du centre hospitalier El-Maarouf avec le service de la médecine de travail et de prévention a, samedi dernier, rencontré la presse. Les conférenciers ont insisté sur le dépistage massif obligatoire, de la prise en charge du Mapi et la gestion du vaccin. Selon Djamila Bacar « les effets secondaires ne sont pas forcément liés au vaccin ».

Le Chn El-Maarouf poursuit la prestation du dépistage massif des citoyens, la prise en charge des patients avec effets secondaires du vaccin (Mapi) et la vaccination des habitants. Dr Azhar Salim Mohamed, médecin de travail, a montré l’importance du vaccin au sein du site d’El-Maarouf. Selon lui, c’est une manière de protéger le personnel médical et les garde-malades. « La vaccination des patients hospitalisés au CHN El-Maarouf permet de protéger le personnel et les garde-malade. C’est dans le cadre du volet épidémiologique et préventif. Lors de la deuxième campagne de vaccination (première dose), nous avons obtenu des cas positifs de la Covid-19. Des formes sévères ont été détectées mais, il n’y avait pas de décès. Les AVC hémorragiques peuvent être incohérents ou indéterminés. Toutefois, le site sera opérationnel dès lundi prochain (aujourd’hui) », a-t-il expliqué, avant de poursuivre que « la deuxième phase entre dans le cadre de dépistage prevaccinal ».

En ce qui concerne, la prise en charge des patients ayant des effets secondaires, la surveillante générale du Chn El-Maarouf, Djamila Bacar a précisé que certains effets secondaires ne sont pas liés au vaccin. « Le vaccin est fiable. Il permet à protéger la population contre le virus, mais, ce n’est pas à 100%. Une fois que la personne est vaccinée, d’autres maladies peuvent se manifester mais, ces effets secondaires ne sont pas forcément liés au vaccin. Pour le cas des maladies chroniques (tension, diabète, problème de reins…) sans suivi, on recommande aux patients de consulter un médecin. Toutefois, les allergiques aléatoires inflammatoires n’auront pas de vaccin. Les malades chroniques avec suivi peuvent-être recommandés à se faire vacciner », a-t-elle dit.

Abdoulandhum Ahamada

Laisser un commentaire