ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Violences faites sur les femmes : La journée internationale célébrée aujourd’hui à Anjouan

L’ong Hifadhu célèbre la journée du 25 novembre marquant la journée mondiale contre les violences faites aux femmes lors d’un point de presse dans un hôtel à Mutsamudu. Cette organisation non gouvernementale réitère son soutien aux femmes et aux enfants et dénoncent les actes de violences faites aux femmes.

À l’instar des organisations et associations nationales et internationales, l’Ong Hifadhu célèbre la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Aux Comores, les journées du 20 novembre et 25 novembre sont jumelées dans l’objectif de concevoir et communiquer des messages efficaces sur les violences. Pour marquer ces journées et les 16 jours d’activisme, l’Ong Hifadhu poursuit encore son action de prévention, de sensibilisation et de plaidoyer contre les formes de violences faites aux femmes et aux enfants », a déclaré la présidente par Intérim Sitti Attoumani. Selon elle, l’Ong Hifadhu mène des activités de sensibilisation qui visent à éliminer les violences basées sur le genre. « Les cas de violences sexuelles sur les enfants sont en augmentation, c’est la raison pour laquelle nous avons organisé 16 jours d’activités. L’Ong a concentré ses activités dans les écoles et I ‘Université des Comores : 4 écoles et l’Université de Patsy, à Mohéli 3 écoles et l’Université de Fomboni, et à Ngazidja 7 écoles et l’Institut Universitaire des Technologies », précise-t-elle.

La journée du 25 novembre est une occasion pour dénoncer les différentes formes de violences dont les femmes et les enfants sont les plus touchées. Le fléau prend de plus en plus d’ampleur, et même si aujourd’hui, certaines personnes continuent encore de le nier. Alors que des femmes et des enfants sont battus, violés, éclopés, voire assassinés. Ils sont ainsi victimes d’agressions verbales, physiques et sexuelles. Les femmes sont également victimes de harcèlement notamment dans leur milieu professionnel, via les réseaux sociaux ou au sein même de leur foyer conjugal. Le 25 novembre ne suffit pas pour faire aboutir la lutte des femmes pour leurs droits. Le phénomène est beaucoup plus complexe, les causes sont nombreuses. La sensibilisation contre les méfaits de la violence doit être quotidienne et le combat est permanent.

Ahmed Zaidou

Laisser un commentaire