ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Hausse des prix : La fédération des consommateurs monte au créneau

En passant par la hausse des tarifs du data, Nasrat Mohamed Issa, présidente de la fédération comorienne des consommateurs a dénoncé la vie chère et la pénurie de certains produits de base causant une hausse des prix de denrées alimentaires. Les organisations patronales et syndicales manifestent leur désarroi à travers une conférence de presse, samedi dernier.

Les organisations patronales et la société civile reviennent à tableau pour dénoncer la montée des prix des produits de première nécessité et faire appel au gouvernement de mettre en place un plan d’urgence pour une sortie de crise. Consciente de la gravité et les conséquences de la crise, Nasrat Mohamed Issa, présidente de la Fcc tire la sonnette d’alarme. « Si la crise touche bien les opérateurs économiques, nous en tant qu’acheteurs ne sommes pas épargnés », a précisé la présidente de la Fcc qui a rappelé qu’en réalité la hausse des prix  a commencé  bien avant l’arrivée du Covid. « C’est pour cette raison que nous sommes réunis ici pour interpeller le gouvernement que le pays traverse une crise économique et pourtant des nouvelles tarifications viennentt d’être fixées, notamment dans  le cas de confirmation d’un billet d’avion et tant d’autres », a-t-elle fait savoir.

La présidente a aussi tenu à rappeler les crises à répétition des produits de base. « Nous sommes à nouveau frappés par une crise. Certains produits notamment la farine et poulet  sont en manque. Bref, le quotidien des comoriens est très difficile. Moi j’estime que plus de 20% du quotidien des comoriens est en hausse », a-t-elle souligné. Nasrat Mohamed Issa a estimé que la question est prise à la légère pendant que la situation devient compliquée chaque jour. Elle fait appel au gouvernement de réunir les ministères et directions concernées pour une solution rapide. La présidente de la Fcc a pointé du doigt  à la hausse des tarifs douaniers qui continuent à enfoncer le clou.

Kamal Saïd Abdou

 

Laisser un commentaire