ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

La légende de l’équipe nationale des Comores, âgée de 33 ans, Fouad Bachirou, a annoncé, samedi dernier, sa retraite internationale, 9 ans après qu’il a défendu les couleurs du drapeau national. L’annonce de fin de sa carrière internationale fait surgir de réactions des hauts dignitaires de l’Etat et acteurs du football en honneur de celui qu’on appelle « le prince du football comorien ».

On ne reverra pas Fouad Bachirou avec un maillot des Cœlacanthes sur les terrains. La star plutôt patriote de l’équipe nationale, âgée de 33 ans, a annoncé la fin de sa carrière internationale. « Maintenant, c’est 9 ans que j’ai eu la chance de défendre les couleurs de notre pays. Aujourd’hui, il est temps pour moi d’arrêter cette merveilleuse aventure. J’ai porté fièrement ce maillot et ce drapeau dans le but de représenter notre culture et notre football aux yeux du monde. Je vais retenir tous les sacrifices et toutes épreuves que nous avons pu traverser ensemble afin d’arriver à cette coupe d’Afrique des nations et faire briller notre drapeau », a-t-il annoncé.

« L’amour que vous m’avez apporté à chaque arrivée à l’aéroport, à chaque match, dans les rues, ces moments resteront avec moi pour toujours, et j’espère vous avoir rendus fiers et vous avoir donné l’espoir que nous pouvons viser plus haut », ajoute-t-il.

Le milieu défensif des verts a porté le maillot des couleurs du drapeau national à 48 reprises. Il a fêté sa première sélection le 5 mars 2014, alors qu’il n’était qu’à âgé de 24 ans et 316 jours. Son annonce à la retraite fait réagir plus d’un. « Merci encore Fouad Bachirou, pour tout le travail que tu as accompli pour les cœlacanthes. Tu resteras à jamais un symbole de fierté et de réussite pour notre nation », a réagi dans son compte officiel, Soeuf Mohamed El-Amine, ancien chef de la diplomatie comorienne.

Et Elhadad Himidi, ancien manager des Cœlacanthes n’a pas tardé à formuler ses éloges à Fouad Bachirou. « Voilà un grand prince du football comorien. Il n’aura échappé à personne que son œuvre compte incontestablement parmi les plus belles des cœlacanthes. Je retiens évidemment le footballeur inspiré et inspirant, mais surtout l’homme dont l’engagement n’a jamais failli, sur, mais aussi, en dehors du terrain », a magnifié Elhadad Himidi. 

Nassuf. M. Abdou

Classée à la 4ème place et sans médaille, la sélection comorienne de Handball féminin à travers son staff technique, s’est toutefois félicitée, hier jeudi, lors d’une conférence de presse. C’est après que la joueuse comorienne de 17ans, Asty Amir soit élue, la meilleure pour cette 11ème édition des jeux des îles de l’océan indien et issue d’une sélection sous-effective avec seulement 12 joueuses. 

Qualifiée en demi-finale après leurs deux premiers matches du groupe avec succès contre Maurice et Seychelles, la sélection comorienne de handball féminin n’a décroché aucune médaille malgré sa performance lors des jeux des îles à Madagascar. Au cours d’une conférence de presse, tenue, hier jeudi, le sélectionneur de l’équipe nationale féminine, Saïd El-had Loukmann, a tout d’abord exprimé ses profonds regrets pour le sous-effectif de sa sélection, représentée par 12 joueuses au lieu de 14. C’est ce qui a entrainé, selon lui, la défaillance des unes et autres.

« Notre sélection était en sous effective, nous avions seulement 12 joueuses face à des équipes rivales au grand complet, qui comptaient de 21 à 22 joueuses. Cela a entrainé certains défis à nos joueuses qui, certaines parmi elles n’ont pas eu aucun souffle de repos tout au long de la compétition malgré leur poids de morale qu’elles avaient », regrette Saïd El-Had Loukmann sélectionneur national de l’équipe de handball féminin. L’entraineur de l’équipe 2 de France en handball, remercie par ailleurs les efforts du ministère de l’intérieur, Mahamoud Fakridine, d’avoir facilité la sélection comorienne de participer à cette édition après avoir été suspendue. 

Classée à la 4ème place derrière Mayotte, la sélection comorienne de Handball s’est félicitée quant à la réussite avec brio de la jeune joueuse de 17ans, Asty Amir retenue comme, la meilleure joueuse de handball pour cette 11ème édition. « C’est une fierté nationale que notre joueuse de 17ans, Asty Amir, soit la meilleure de la compétition », a-t-il indiqué.

Le directeur technique national, Dada Ben Omar, quant à lui, reste convaincu qu’il reste tant des choses à faire afin  de propulser le Handball féminin dans le monde, tout en reconnaissant que la sélection féminine comorienne a déjà marqué l’histoire et affirme ainsi sa méritocratie dans la zone de l’océan indien. 

Nassuf. M. Abdou

Même si aucune cérémonie officielle d’accueil n’a été organisée en guise de reconnaissance aux  efforts des athlètes comoriens avec leurs trente médailles arrachées, le sprinter médaillé d’or, Miftahou Mohamed, formule ses gratitudes au comité olympique sportif des îles Comores qui a toujours cru en lui. Selon le champion, sa médaille d’or arrachée à Madagascar est pour tous les comoriens.

Les athlètes comoriens ont réussi avec brio à arracher une trentaine de médailles dans diverses disciplines sportives confondues lors de la 11ème édition des jeux des îles de l’océan indien à Madagascar.

Les athlètes ont regagné le pays malgré l’absence d’une cérémonie d’accueil en leur honneur. Certains parmi eux laissent de côté ce manque de considération et mettent en avant leurs gratitudes auprès des autorités compétentes, qui ont cru à leur talent.

Sur les trente médailles dont 5 en or, obtenu par nos athlètes, Miftahou Mohamed, dédie le tien à tous les comoriens, dit-il.

Le sprinteur Miftahou Mohamed, celui qui n’a pas trahi la confiance placée en lui par le comité olympique, ne cherche pas de loin les mots pour exprimer sa joie. « Cette médaille d’or s’inspire des feux d’artifice et les feux d’artifice représentent les quatre couleurs de notre drapeau.  C’est la médaille pour tous les comoriens, le ministère de la jeunesse et des sports, le comité olympique qui m’a toujours fait confiance à mon engagement et à mes aspirations », a-t-il déclaré.

Alors que certains athlètes se jubilent de leurs titres de médailles, certains d’entre eux dénoncent des primes qui n’offrent aucune motivation de la part des athlètes comoriens. Des primes spéciales qui vont de 1250 euros, pour les médailles d’or, à 618 euros pour la médaille d’argent et de 400 euros pour les médaillés de bronze.

Ces athlètes regrettent autant qu’il s’agit d’un manque de considération de leur part et que ceci justifie en partie l’absence totale de leur motivation malgré les 28 600 euros de primes de présence versées à la délégation comorienne  par le Comité des jeux de la Coi. 

Nassuf. M. Abdou

La décision du conseil international de JIO d’attribuer les jeux des îles aux Comores en 2027 est considérée comme une humiliation de l’île comorienne de Mayotte sous administration française. Dans un message posté sur son compte Twitter vendredi dernier, Estelle Youssouffa, élue Mahoraise, a déploré le fait que « le Quai d’Orsay a encore une fois baissé son pantalon face à Moroni et servi la soupe à Azali ».

Trois candidatures pour les prochains JIO 2027, notamment Comores, Maldives et Mayotte ont été déposées. Le conseil international a tranché, les Comores accueillerons désormais les jeux des îles à Moroni. Une décision qui n’a pas plu à certains Mahorais qui traduisent cette décision comme une humiliation fait au 101ème département français.

A Mayotte, les points de vue des politiques se divergent mais la thèse d’une humiliation reste un point commun pour eux. « Il ne faut pas mélanger le sport et la politique. Il faut laisser nos sportifs participer dans les JIO de 2027 », a déclaré un élu Mahorais. Quant à Ahamed Bakari, citoyen de cette île comorienne sous administration française, craint une humiliation des sportifs Mahorais aux JIOI 2027. « Il ne faut pas laisser nos sportifs aller s’humilier à Moroni pendant les jeux », a-t-il dit. Pour la 11eme édition des JIOI tenus à Madagascar, les Mahorais ont cependant soulevé quelques irrégularités qui, selon Estelle Youssouffa, traduit l’humiliation de Mayotte.

L’élue Mahoraise a d’abord souligné l’interdiction de chanter la Marseillaise (hymne nationale de la république Française » pendant les jeux et ensuite l’interdiction de hisser le drapeau tricolore et le choix d’attribuer les jeux aux Comores. « Le Quai d’Orsay a encore une fois baissé son pantalon face à Moroni et servi la soupe à Azali », a déclaré la députée du LR, Estelle Youssouffa. Face aux critiques des Mahorais, la participation de Mayotte dans les JIOI de 2027 reste incertaine.

Kamal Said Abdou

Sport : Les Comores accueillent les JIOI 2027

Sport : Les Comores accueillent les JIOI 2027

En marge de la 11ème édition des jeux des îles de l’océan indien à Madagascar pour cette année 2023, le comité international des jeux (CIJ) a rendu sa décision sur l’organisation prochaine des JIOI. Et les Comores prendront le flambeau pour l’année 2027. Un rêve devenu une réalité, pour les Comores qui sont à la recherche de son première organisation des JIOI.

L’origine des jeux de l’océan indien vient du comité régional olympique et sportif (CROS) de la Réunion qui propose d’organiser des jeux sportifs dans l’océan indien, sous le nom de « jeux de l’océan indien » dans sa convention d’objectifs en 1974.

Une idée adoptée par la suite, par le comité international olympique (CIO) en 1976. Et la première édition s’est tenue à Saint-Denis de la Réunion en 1979 sous l’appellation « jeux de l’océan indien ». Après cette première édition, l’appellation change pour devenir « jeux des îles de l’océan indien ».

En effet, la grande île a organisé trois fois les jeux des îles de l’océan indien en 1990, 2007 et 2023. Et les Comores ont vu sa candidature validée pour la 12ème édition des JIOI en 2027.

Parmi les raisons de la validation de la candidature : le CHU d’El-Maarouf, le cahier des charges et agenda d’exécution et la piscine olympique par la République populaire de Chine, le cahier de charges du gymnase couvert, l’extension du Retaj, la construction en cours du Galawa, la réhabilitation des infrastructures, entre autres.

Il convient à souligner que dans cette 11ème édition en cours à Madagascar, les athlètes comoriens ont gagné à la 5e journée des jeux, 23 médailles dont 3 en or, 6 en argent et 14 en bronze. « Nous avons battu le record des médailles par rapport à l’année 2019. Certains pays ont regroupé leurs athlètes à temps, et on a regroupé nos délégations à 10 jours du départ. Donc, actuellement, on a rapporté 23 médailles. Nous avons dépensé des montants colossaux pour venir aux JIOI à Madagascar. Heureusement, nous y avons reçu un accueil chaleureux », a indiqué le ministre de la jeunesse, Djaanfar Asalim Allaoui.

L’objectif de ces jeux est d’instaurer l’amitié et la compréhension mutuelle entre les peuples des îles de l’océan indien, de contribuer à la coopération régionale pour le développement du sport dans la région, avec la participation des sportifs des différentes îles membres, sans discrimination raciale…

Abdoulandhum Ahamada

Les sud-africains d’Orlando Pirates se sont imposés face à Djabal fc d’Ikoni, samedi 19 août, au stade omnisport de Maluzini avec un score d’un but à zéro en marge du match du premier tour de la ligue des champions d’Afrique. Rien n’est encore joué avec seulement un but d’avance, si les hommes de Hamada Djambaé renversent la tendance au match retour, le vendredi 25 août prochain, à Johannesburg.

Lancée depuis vendredi 19 août dernier, la manche aller du premier tour préliminaire de la Ligue des Champions Caf se poursuit. Samedi dernier, le champion des Comores en titre, Djabal fc d’Ikoni s’est incliné in extremis, au stade de Maluzini (1-0). Orlando Pirates n’a pas eu la tâche facile malgré la victoire.

La rencontre a entretenu le suspense jusqu’au bout. En dépit des multiples tentatives de chaque côté, aucune des deux n’a pu trouver le chemin des filets durant la première période. Le score reste ainsi nul et vierge lorsque les deux formations ont regagné le vestiaire.  

De retour sur le terrain, rien n’a changé. Mais la pression sud-africaine ainsi que le vent qui soufflait en premier mi-temps dans le camp adverse avait repris sa course. A la 87eme minute, Orlando Pirates a ouvert le score après une sortie hasardeuse d’Anisse Mouhilissou Soilihi, le portier de Djabal Fc.

Zakhele Lepesa a réussi à faire trembler les filets adverses dans les toutes dernières minutes du temps réglementaire donnant l’avantage à son club, 1-0. C’était suffisant pour offrir une précieuse avance aux Pirates d’Orlando. A l’issue de cette victoire de 1-0, les sud-africains prennent désormais une longueur d’avance avant le match retour.

Pour l’occasion, ils seront à domicile devant leur public et tenteront de boucler ce tour en beauté. Toutefois rien n’est encore joué, avec seulement un but d’avance.   

Nassuf.M.Abdou

Miné par une crise financière, le club de Djoiezi Mohéli, Belle Lumière, s’est déclaré forfait à la coupe de la confédération Caf édition 2023. La lettre formulée par le club de Moheli destinée aux instances du football des Comores en date le 14/08/23 évoque des raisons financières très limitées du club.

La crise économique affecte le football Comorien. Dans une lettre adressée à la fédération de football des Comores, Belle Lumière de Djoiezi est contraint de se retirer de  la confédération Caf 2023 en raison de ses moyens financiers modestes. « Nous tenons par la présente à vous informer notre décision de déclarer forfait pour la participation de la coupe de confédération Caf prévue le 19 aout 2023.Cette décision n’a pas été prise à la légère, mais elle s’avère nécessaire  en raison  des circonstances imprévues  aux dernières heures », peut-on lire dans une lettre formulée par le secrétaire général du club destinée à la fédération de football des Comores.  

« En effet,  nous avons fait le nécessaire pour avoir des moyens financiers  considérables afin de pouvoir participer à cette compétition mais malheureusement nous n’avons pas pu arriver à obtenir le budget suffisant pour répondre aux attentes. Nous tenons à exprimer nos sincères excuses pour ce désistement de dernière minute, ainsi que pour tout inconvénient que cela pourrait causer à l’organisation  de cette compétition et aux équipes participantes », précise la lettre.

Il est à savoir que la coupe de la confédération Caf est une compétition annuelle de football organisée par la CAF, créée sous le model de la ligue Europa et qui oppose des clubs africains.

Nassuf. M. Abdou

Olympic de Moroni, championne en titre, a humilié Mwalimdjini au stade de Moroni, lundi dernier, en finale de la coupe des Comores féminine par un score de 4 buts à 0. Comme l’édition passée, Olympic de Moroni a réussi avec sa suprématie à conserver tous les titres majeurs de l’année.

La saison 2022-23 du football féminin a pris fin lundi dernier avec le dénouement de la phase nationale de la Coupe des Comores. Un rendez-vous où le FC Mwalimdjini, le FC Inanga, l’Olympic de Moroni et l’Ouvanga Espoir se sont mesurés du 10 au 14 août. La première demi-finale a vu le FC Mwalimdjini se hisser en finale en dominant le FC Inanga avec un score de 4-0. Cette victoire décisive leur a permis de s’assurer une place en finale pour la première fois de son histoire.

Et lundi dernier, la finale avait opposé Olympic de Moroni contre Mwalimdjini. Les championnes en titre (Olympic de Moroni) se sont imposées face à Mwalimdjini avec un score de 4-0. L’Olympic réalise ainsi le doublé pour la deuxième année consécutive, confirmant ainsi sa suprématie sur la scène nationale. Anlaouia Hadhirami est sortie meilleure buteuse de la compétition avec son doublé en finale.

En effet, ayant remporté la coupe des Comores féminine, Olympic de Moroni ira se mesurer avec Mamelodi Sundowns, Costa Do Sol et Young Buffaloes dans la poule B pour la qualification zonale pour la CAF Women’s Champions League qui se déroulera à Durban en Afrique du sud du 30 août au 8 septembre.

Nassuf. M. Abdou

La 11eme édition des jeux des îles de l’océan indien prévue à Madagascar connaîtra son coup d’envoi le 23 août prochain. Les Comores bien préparées tant sur le plan technique que financier réunissent 246 athlètes sélectionnés. Le week-end dernier, les athlètes de Mohéli et Anjouan ont rejoint leurs coéquipiers à Moroni où vont effectuer leur dernier stage avant de s’envoler vers la grande île.

A J-9, les athlètes comoriens de différentes disciplines sportives sont au grand complet. Depuis samedi au dimanche dernier, les athlètes de l’île de Mohéli et Anjouan ont d’ores et déjà posé leurs valises à Moroni où ils devront effectuer leur tout dernier stage avant de prendre le cap vers la grande île de l’océan indien, Madagascar, en marge de la prochaine édition des jeux des iles.

Boulistes, nageurs, sprinteurs, entre autres, de tous genres sont unis à l’institut national de la jeunesse sportive (INJS). Sur la liste, figure Miftahou jeune sprinteur au palmarès impressionnant et parmi les grands espoirs du pays.

En tout, ils sont 246 athlètes à défendre les couleurs du drapeau comorien dans diverses villes de la grande île de l’océan indien sur 16 disciplines sportives.

En rappel, la 11eme édition des jeux des îles de l’océan indien se déroulera à Madagascar, du 23 août au 15 septembre prochain. Avec l’apparition des nouvelles disciplines, les jeux des îles promettent des bons moments en perspective. Les sept équipes de l’océan indien sont déjà fixées sur quand, où et contre qui ils vont se disputer les matchs de poules. 

Nassuf. M. Abdou

Jeudi dernier, l’ambassade de France à Moroni et la fédération comorienne de boxe, ont signé un contrat de partenariat de 46.000.000 kmf. Ce projet un accompagnera la perspective de l’introduction de la boxe dans le programme scolaire pour une soixantaine d’établissements sur 30 communes aux Comores.

C’est un bouffé d’oxygène pour la boxe comorienne. L’ambassade de France à Moroni et la fédération comorienne de boxe ont signé une convention de 46 millions de francs comoriens. Un projet dont l’ultime objectif est d’accompagner le projet de l’introduction de la boxe comorienne dans le programme scolaire. Une politique tant voulue par le bureau exécutif de la fédération auprès du ministère de l’éducation nationale.  « Ma gratitude va à l’endroit de l’ambassadeur de France à Moroni, Sylvain Riquier pour cet appui financier inlassable qui tend d’une manière substantielle notre stratégie de la mise en place par le bureau exécutif de la FCB de développer la boxe anglaise aux Comores dans les milieux scolaires », a exprimé Mohamed Abdou Mbechezi président de la fédération comorienne de boxe.

Et lui de préciser que « c’est un projet de 94 375 euros, soit plus de 46.000.000 kmf qui va concerner plus de 2000 enfants dans une soixantaine d’établissements scolaires dans l’ensemble du territoire national ».

De son côté, le diplomate français, Sylvain Riquier, a indiqué que « le sport est particulièrement un vecteur de valeur, on croise aussi des questions de santé publique, la maîtrise de soi, la gestion d’équipe, maîtriser ses émotions, ses colères, ça peut être de la compétition de très haut niveau. »

Il a également manifesté son enthousiasme de voir la réussite du projet ayant des valeurs nobles du sport et de l’olympisme. « Ce qui s’appelle donc introduction à la boxe éducative et féminine en milieu scolaire dans lequel il y a plusieurs choses, éducative, féminine, milieu scolaire et sport, c’est vraiment tout ensemble de composants importants. Je suis très heureux, car on parle de quelque chose de très concret, des projets au bénéfice des populations et qui vont contribuer sur l’égalité du genre », a souligné l’ambassadeur de France à Moroni.  

Nassuf.M.Abdou