ALFAJR QUOTIDIEN – Journal d'information quotidien comorien

Reconnu par sa plume dès la première parution de son roman Anguille sous roche, l’aventure continue pour Ali Zamir. Trois romans publiés déjà respectivement Anguille sous roche en 2016, Mon étincelle en 2017 et Dérangé que je suis en 2019. Son troisième roman est sélectionné pour le Gand prix RTL.

« La littérature est une chance de pouvoir accéder à l’impossible », affirme l’écrivain Ali Zamir. Né à Mutsamudu Anjouan, Ali Zamir est nourrit d’une richesse et connaissance faisant de lui, un homme de plume, qui aujourd’hui, il traverse l’Europe, rencontre des confrères. Ali Zamir vient de publier son troisième roman, Dérangé que je suis, un roman de 192 pages aux éditions Le tripode et qui se vend à 17 euro, soit 8.500 kmf. Un roman qui rayonne dans le monde littéraire, et met en scène, la vie d’un pauvre docker comorien. Sur l’île d’Anjouan, Dérangé est un humble docker. Avec son chariot rafistolé et ses vêtements rapiécés, il essaie chaque jour de trouver de quoi à se nourrir. Un matin alors qu’il s’est mis à la recherche d’un nouveau client, Dérangé croise le chemin d’une femme si éblouissante. Engagé par cette femme dans un défi insensé qui l’oppose au Pipi, le pauvre homme va voir son existence totalement chamboulée. Avec ce troisième roman, Ali Zamir confirme la place très originale qu’il occupe dans la littérature francophone. Dérangé que je suis est sélectionné pour le Grand prix RTL.

Pour rappel, Anguille sous roche, est son premier publié aux éditions le Tripode en 2016. Il a remporté le prix Senghor en 2016, la mention spéciale du jury du prix Wepler, le prix des rencontres à Lire 2017 de Dax et le prix Mandela de littérature. Anguille sous roche parle de naufrages en mer sans assistance qui résonne avec les nombreux drames du quotidien, d’une farouche envie de vivre.

En 2017, il publie Mon étincelle, un roman fictif. Mon étincelle est une jeune fille qui se retrouve à bord d’un avion qui se relie deux îles des Comores. Prise dans les turbulences, elle va se remémorer certaines des histoires que lui contait sa mère, à commencer par celle, somptueuse et tragique, qui devait un jour lui donner naissance. Mon étincelle remet en scène l’éternel du jeu de l’amour et du hasard qui unit les amants. Ali Zamir confirme son talent de conteur.

Kaml dine Bacar Ali

Après l’arrêt de cours de 48h lancé le jeudi dernier dans l’enseignement public,  l’intersyndical des enseignants a tenu une conférence de presse vendredi dernier au Lycée de Moroni. C’était l’occasion d’annoncer les différents soucis qui frappent l’enseignement public

L’intersyndical en conférence de presse

Les différents problèmes que traversent les enseignants du secteur public risquent  d’affecter l’année 2019. L’intersyndical à travers une rencontre avec la presse a montré que l’arrêt de cous de 48 heures est une façon pour lui d’exprimer son mécontentement suite au non-respect des protocoles d’accords et du mémorandum de compréhension signé entre les deux parties. Ils ont cité plusieurs soucis lors de cette conférence notamment le non-paiement effectif du mois de mai 2017 convenu entre le ministère de l’éducation nationale et l’intersyndical. Le paiement du mois de décembre dernier n’est pas encore réglé. Ils réclament « le dialogue social » pour que leurs avancements puissent être lancés et régler le paiement de mai 2017 dans l’ensemble des trois iles. Pour eux, cette affaire ne peut être  relâchée.

L’intersyndical a rappelé qu’il s’agit d’une revendication qui date depuis des années mais le gouvernement comorien à travers son ministère de l’éducation ne l’a toujours pas prise en considération.  Les avancements et l’intégration restent la priorité de l’intersyndical des agents de l’éducation. « Ce point ne peut en aucun cas être ignoré. Il doit être réglé pour pouvoir continuer l’année dans la paix et la tranquillité totale », a déclaré le secrétaire général de l’intersyndical, Moussa Mfoungoulié avant de préciser que « l’intersyndical est apolitique. » Selon lui, « certes, il y a des enseignants qui comptent se présenter  aux élections de mars et avril mais cela ne veut pas dire qu’il existe un parti politique intersyndical. Il est vrai que certains occupent des différents postes mais cela ne signifie pas que nous sommes des politiciens. Nous n’avons rien avoir avec la politique. »

 

H.H

Déclaration des journalistes des Comores et de l’UPF-Comores suite aux propos du chef de l’Etat à l’endroit de Jamal Khashoggi

Le jeudi 17 janvier alors qu’il inaugurait officiellement à Mitsamihuli la RN1 nouvellement réfectionnée, le chef de l’Etat Azali Assoumani a tenu des propos qui inquiètent l’ensemble des journalistes aux Comores. Dans son discours, le président de la République louait « les efforts » du roi d’Arabie Saoudite pour accompagner les Comores dans ses chantiers de développement.

Dans la même lancée, il s’en est violemment pris au monde entier qui selon lui, a fait de l’affaire Khashoggi une montagne. Il qualifie cet élan de solidarité de « mauvaise foi » dans la mesure où « chaque jour des centaines voire des milliers des gens meurent dans le monde, notamment en Palestine, et personne ne pipe mot ». Il regrette que pour « une seule » personne tuée, le monde entier s’agite. Pour le président des Comores, un Saoudien assassiné dans une ambassade de l’Arabie Saoudite, relève «de la cuisine interne ».

Ces propos tenus par le président de la république Azali Assoumani inquiètent au plus haut point l’ensemble des journalistes des Comores. En effet nous nous demandons ce qui nous attend dans notre pays quand notre président manifeste publiquement un dédain sur l’assassinat d’ « un » journaliste saoudien critique vis-à-vis du régime de son pays.

Minimiser cette affaire ô combien gravissime, reviendrait à nous dire que si d’aventure un triste sort s’abattait sur un journaliste exerçant aux Comores, l’opinion internationale n’aura pas à s’en inquiéter car tous les jours il y a plusieurs prisonniers/blessés/morts ? Ainsi, nous demandons solennellement au chef de l’Etat de revenir sur ces propos qui ont choqué non seulement les journalistes mais l’opinion dans sa majorité.

Fait à Moroni le 17 janvier 2019

Le Comité des journalistes et la section comorienne de l’Union internationale de la presse francophone

Institut Confucius/Un grand pas franchi

Institut Confucius/Un grand pas franchi
Créée depuis 2014 aux Comores, la classe Confucius a franchi un grand pas. Hier mardi, 1er une cérémonie en l’honneur du nouvel an a été organisé à l’institut Confucius, en présence des étudiants et leurs parents, pour honorer la culture chinoise. Des chants culturels, des danses traditionnelles chinoises ont animés la fête. 
La République populaire de Chine est au service des Comores depuis toujours. La création de l’institut Confucius dans le pays, est une manière d’apprendre les comoriens la culture chinoise. Confucius Institue a vu le jour en 2014 à l’université des Comores. Il est undépartement de langue chinoise et de la culture chinoise en général. Dr. Adamou Hamada de Confucius Institue, s’est félicité du grand pas qu’ils ont franchi. « Au début, nous étions juste une classe. Aujourd’hui, nous sommes devenus Confucius Institute. Nous avons une autre Confucius Institute à Anjouan. Et comme vous l’avez constaté, il y a des étudiants et des citoyens ordinaires dans notre institue comme policiers par exemple. Nous ne voulons pas se focaliser seulement sur la langue. Nous espérons aller plus loin cette année dans d‘autres domainesdont l’ingénierie », se réjouie-t-il.

Créée depuis 2014 aux Comores, la classe Confucius a franchi un grand pas. Hier mardi, 1er une cérémonie en l’honneur du nouvel an a été organisé à l’institut Confucius, en présence des étudiants et leurs parents, pour honorer la culture chinoise. Des chants culturels, des danses traditionnelles chinoises ont animés la fête.

La République populaire de Chine est au service des Comores depuis toujours. La création de l’institut Confucius dans le pays, est une manière d’apprendre les comoriens la culture chinoise. Confucius Institue a vu le jour en 2014 à l’université des Comores. Il est undépartement de langue chinoise et de la culture chinoise en général. Dr. Adamou Hamada de Confucius Institue, s’est félicité du grand pas qu’ils ont franchi. « Au début, nous étions juste une classe. Aujourd’hui, nous sommes devenus Confucius Institute. Nous avons une autre Confucius Institute à Anjouan. Et comme vous l’avez constaté, il y a des étudiants et des citoyens ordinaires dans notre institue comme policiers par exemple. Nous ne voulons pas se focaliser seulement sur la langue. Nous espérons aller plus loin cette année dans d‘autres domainesdont l’ingénierie », se réjouie-t-il.

Naomi une jeune étudiante en première année s’est félicitée des connaissances acquises dans Confucius Institute mais aussi de l’encouragement de ses professeures « Depuis l’enfance j’ai toujours adoré apprendre les langues étrangères. C’est une grande joie pour moi de pouvoir aujourd’hui apprendre la langue chinoise. Nos professeurs nous encouragent et accompagnent.  J’espère apprendre aussi leur culture, tradition », montre Naomi.

A noter qu’ungroupe de cinq étudiants et une étudiante ont fait une démonstration d’Ochu. Elleressemblait à l’art-martio. Avec une musique  classique, seules les jambes et les mains suivaient le rythme de la musique. Une image de combat donnait l’impression de cette démonstration appelée Ochu. D’autres chants chinois ont été chantés par des policiers, un gamin de 10 ans et une fillette de 13 ans. Un autre groupe de 8 étudiantesont marqué la salle de danse. « meng Jiang nam », une douce danse accompagnée d’instrument de tendresse. La danse elle-même était composée de quatre différents mouvements.

El-Aniou Fatima

Lors de la cérémonie

Bien que le directeur général de l’Oec soit remplacé par une note ministérielle, le commissariat à l’éducation en partenariat avec la direction d’office des examens et concours, a tenu à rappeler, dans une conférence de presse, lundi dernier, qu’aucun texte ne prouve « le transfert des compétences des îles à l’Onec. » Nizar Ali Idjihadi, directeur de l’Oec appelle les candidats et les chefs d’établissements à déposer leurs dossiers à l’Onec.

« Certes l’Oec traverse des moments difficiles, mais il y a aussi un malentendu », affirme le directeur de l’Oec, Nizar Ali Idjihadi. Le responsable des examens et concours au niveau de Ngazidja appelle les candidats et les chefs d’établissements à déposer les dossiers des examens à l’office des examens et concours, et non à l’Onec car selon lui, « aucun texte ne prouve le transfert des compétences de l’Oec à l’Onec. » Pour Nizar, directeur de l’Oec, 7859 candidats enregistrés pour la 6ème, 6898 candidats pour le BEPC et 7513 pour le baccalauréat. Et la commission de vérification des dossiers, sera siégée du 14 au 16 février 2019.

Le responsable chargé de la base des données sur la prise des photos à l’Oec, Saïd Abdou a insisté que l’Oec continuera à exercer leurs travaux jusqu’à preuve du contraire. « Nous avons eu 500 personnes des candidats isolés et des dossiers des différents établissements ramassés. Nous tenons à rappeler que cette collecte est sous notre responsabilité. Onec n’a pas la base sur les dossiers. Pour le moment, nous vous garantissons que, nous n’avons eu aucun obstacle, et nous poursuivons nos travaux », observe-t-il.

Quant au conseiller technique, Abdou Mbaé Djoumoi, c’est un problème qui se trouve à Ngazidja alors que les autres Oec des deux îles, mènent sans problème leur mission, et pourquoi des problèmes à la grande Comore ?, s’interroge-t-il. Des difficultés sur la rentrée scolaire 2018-2019 notamment les affectations à Ngazidja ont été observées, mais, « je pense que le ministre de l’éducation nationale est conduit à l’erreur. Nous réclamons nos droits. C’est après nos différents travaux que l’Onec officialise la liste officielle », lâche le conseiller technique au commissariat à l’éducation.

Halima Hamada

Accusé de fraude des examens nationaux, Loutfi Attoumani sort de son silence. A travers une conférence de presse tenue samedi dernier, Loutfi Attoumani s’est lavé des accusations à son encontre. Il a remis en cause les articles visés par le conseil de discipline et déclare  « je suis victime et je suis innocent ».

Quelques heures à près sa nomination à la tête du secrétariat général à l’éducation nationale, les critiques continuent d’affluer dans les réseaux sociaux tous comme dans les journaux. Un autre décret du ministre vient de limoger Loutfi dans ses fonctions entant que secrétaire général au ministère de l’éducation. Parmi les motifs avancés, Loutfi est accusé des fraudes des examens nationaux et son nom fait partie des personnes frappées d’une interdiction de participer à ces examens. Il est qualifié à cet effet comme étant « persona non grata » par l’opinion publique et le gouvernement, en particulier le ministère de l’éducation nationale. Un argument controversé par Loutfi Attoumani, inspecteur a l’éducation nationale. Au cours d’une conférence de presse, tenue samedi 29 décembre dernier, l’inspecteur de l’éducation nationale n’a pas reconnu les faits qui lui sont reprochés. Devant les journalistes Loutfi Attoumani a souligné que « je suis venue vous dire la vérité dans cette histoire. On m’a accusé pour rien. Il s’agit d’une magouille le fait que mon nom figure dans cette liste. Parce que j’ai remis mon rapport le 10 octobre auprès du doyen aux inspections générales à l’éducation nationale en même temps que le rapport concernant le bilan des examens dont j’étais le président de jury à Mohéli. D’ailleurs il s’agit d’examens professionnel de personnes n’ayant pas leur bac et leur Difosi dont 10 candidats sur 15 ont réussi».

Mais après délibération, un rapport relatif aux résultats a été transmis auprès de l’Onec. Le rapport est fait le 10 octobre 2018, date à laquelle le conseil de discipline a siégé. Selon lui c’est ce retard constaté de l’envoie de ce rapport qui est la raison de sa sanction.  Pourtant le rapport a été envoyé au doyen de l’IGN, membre d’office du conseil d’administration via internet, lui-même sensé le transmettre CA, explique-t-il. Loutfi Attoumani a tenté s’innoncenter « je suis victime et je suis innocent » crie-t-il. Pour lui, il ne s’agit pas de fraude mais plutôt  de « manquement ».

Kamal Saïd Abdou